Barbara, un souvenir d'enfance pour Bruel

Patrick Bruel, qui a été initié très jeune... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Patrick Bruel, qui a été initié très jeune au répertoire de Barbara par sa mère, présentera son hommage à la chanteuse, le spectacle Très souvent je pense à vous, au Grand Théâtre le 15 avril prochain.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Coté
Le Quotidien

(Saguenay) «Les Québécois verront un spectacle abouti, puisqu'il a d'abord été présenté en France et ailleurs en Europe. J'ai d'ailleurs souvent pensé à vous pendant la tournée. Je me disais : "Ça leur plairait vraiment, eux qui sont si attachés aux textes"», a raconté Patrick Bruel sur le ton de la confidence, il y a quelques jours, à la faveur d'une entrevue téléphonique accordée au Quotidien.

L'objet de son attention était le volet québécois du spectacle Très souvent je pense à vous, son hommage à Barbara qui fera escale le 15 avril, au Grand Théâtre. Le chanteur français reprendra des pièces écrites par celle qu'on appelait «la dame en noir», en plus de quelques succès de son cru.

Comme en Europe, il sera appuyé par quatre musiciens. Ceux-ci joueront du piano, du saxophone, de la flûte et de la contrebasse, ce qui ressemble à l'environnement sonore dans lequel baignaient les concerts de Barbara. «Parfois, cependant, nos arrangements sont plus audacieux que les siens. Ils peuvent être classiques, mais aussi proches de l'électro ou de la pop», énonce Patrick Bruel.

Le décor aussi fera le voyage. Fait de rideaux savamment agencés, il sert de support à des éclairages qui se moulent aux thèmes abordés au fil du programme. «Nous viendrons avec le décor complet, qui est très beau et symbolise le monde du théâtre», décrit le chanteur. C'est l'écrin sur lequel se déposeront des perles comme Une petite cantate, Drouot, Perlimpinpin, L'aigle noir et Ma plus belle histoire d'amour, des immortelles que l'artiste fréquente depuis sa tendre enfance. Il faut préciser que sa mère, qui pourrait l'accompagner au printemps, l'a initié très tôt au répertoire de Barbara.

«À travers ses mots, je profite du spectacle pour raconter une histoire qui part de l'enfance et mène à l'homme que je suis devenu, souligne-t-il. Au début de la soirée, les gens sont curieux parce que la plupart ne connaissent pas les chansons de Barbara, mais ils repartent subjugués par son univers, par ce que je leur confie et par le rappel de quelques-uns de mes succès.»

Unique rencontre

Lui-même est étonné en repensant à l'enfant que Barbara a su toucher, cet enfant qui, devenu adolescent, fera cohabiter des mondes aussi différents que ceux du Grateful Dead, de Led Zeppelin, de Brassens et du classique. «Je me suis longtemps demandé comment cette chose a pu arriver, reconnaît-il. Or, pendant la tournée, j'ai vu des jeunes de huit ou neuf ans qui m'ont dit que les chansons de Barbara leur parlaient. Leur émotion, ce fut aussi la mienne.»

La différence est que lui, il a pu rencontrer Barbara, une fois, à la suite d'un spectacle qu'elle avait présenté en 1990, à Mogador. Leur échange fut chaleureux, si bien que le chanteur a ensuite accompagné sa mère, invitée par l'auteure de Marienbad. «C'est ainsi que la boucle a été bouclée», résume Patrick Bruel.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer