Greg Lake s'éteint à 69 ans

Greg Lake, Keith Emerson et Carl Palmer, du... (AP)

Agrandir

Greg Lake, Keith Emerson et Carl Palmer, du groupe progressif Emerson, Lake and Palmer, à Londres, en septembre 1972

AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La mort continue de secouer l'univers du rock. Cette fois, c'est du côté du progressif qu'elle a frappé : le chanteur et bassiste Greg Lake s'est éteint à l'âge de 69 ans.

Greg Lake lors d'un concert au Cabaret du... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé) - image 1.0

Agrandir

Greg Lake lors d'un concert au Cabaret du Capitole à Québec, au printemps 2012

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Membre de la première heure de King Crimson, Lake s'est surtout illustré avec le groupe Emerson, Lake & Palmer (ELP), avec lequel il avait eu droit à une reconnaissance internationale. Il s'est éteint mercredi après «une longue et entêtée lutte contre le cancer», peut-on lire dans la page Facebook d'ELP.

Il s'agit du deuxième membre du trio à disparaître cette année. En mars, le claviériste Keith Emerson s'était enlevé la vie. Le batteur Carl Palmer n'a pas été long à réagir, par l'entremise des médias sociaux : «D'avoir perdu Keith également cette année rend ceci particulièrement difficile pour nous tous. Comme le chantait Greg à la fin de Pictures At an Exhibition, "la mort est la vie". Sa musique peut maintenant vivre pour toujours dans les coeurs de ceux qui l'ont aimé.»

Une voix d'or

S'il était un bassiste talentueux et un guitariste compétent, c'est d'abord la voix d'or de Greg Lake qui avait ravi les oreilles. On l'avait découvert sur les deux premiers albums de King Crimson, In the Court of the Crimson King (1968) - notamment sur la pièce-titre ainsi que sur Epitaph -, puis In the Wake of Poseidon.

C'est en 1970 que Lake s'était joint à ELP - une formation qui est passée bien près de se nommer HELP, puisque les musiciens avaient songé à former un quatuor avec Jimi Hendrix. La troupe a endisqué plusieurs albums, dont l'éponyme (1970), le redoutable Tarkus (1971), un des albums emblématiques du rock progressif (1971), et Brain Salad Surgery (1973), avec l'ambitieuse suite Karn Evil 9 et sa pochette signée H.R. Giger. 

Entre deux prouesses techniques d'Emerson ou de Palmer et de spectaculaires effets visuels lors des concerts, Greg Lake avait pris l'habitude d'intégrer des ballades, qui permettaient de donner de la chaleur aux propositions du groupe. Les chansons Lucky Man, Take a Pebble, From the Beginning et C'est la vie sont parmi celles qui mettaient à l'honneur à son timbre unique, ainsi que son sens mélodique.

Complicité avec le Québec

La formation Emerson, Lake & Palmer avait par ailleurs développé une complicité particulière avec le Québec, enregistrant un album live au Stade olympique de Montréal, en 1977 - In Concert, lancé deux ans plus tard.

Au lendemain de la première séparation du groupe, en 1979, Greg Lake se consacrait à sa carrière solo. Il avait aussi joué quelque temps au sein d'Asia dans les années 80, puis dans Emerson, Lake & Powell, où Cozy Powell officiait à la batterie.

Dans les années 90, Emerson, Lake & Palmer avait connu un second souffle avec l'album Black Moon (1992). Cette résurrection avait été d'assez courte durée, or la bande s'était tout de même retrouvée de manière épisodique par la suite. 

«C'est une famille qui se chamaille, mais qui, lorsqu'elle se réunit, peut faire des trucs fantastiques, confiait Greg Lake au Soleil, en 2012. Il y a une chimie spéciale avec ELP, et c'est fantastique quand les musiciens jouent ensemble comme une seule entité. Mais rien ne dure éternellement, et ELP a connu son âge d'or entre 1970 et 1976.»

Même si sa belle voix s'était voilée à partir de la fin des années 80 et qu'il avait perdu de son agilité dans les aigus, Greg Lake se débrouillait toujours bien au chant. Il avait poursuivi ses projets solos, dont son ultime tournée, Songs of a Lifetime, qui s'était arrêtée au Québec, en 2012 et où, seul sur les planches, il revoyait les titres marquants de sa carrière, entre deux anecdotes.

«Tous ceux qui ont connu sa musique et ses enregistrements avec ELP et King Crimson se rappelleront la voix souple de Greg et ses talents de musicien, a aussi écrit Carl Palmer. J'ai de précieux souvenirs des bonnes années que nous avons eues dans les années 70 et de plusieurs spectacles mémorables que nous avons joués ensemble.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer