Y étiez-vous? Phil Collins au Colisée, le 26 mars 1997

Collins s'était bien sûr gardé un moment derrière... (Photothèque Le soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Collins s'était bien sûr gardé un moment derrière la batterie et avait réservé des passages plus intimes, comme sur One More Night, où il s'installait au piano.

Photothèque Le soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Ces jours-ci, Phil Collins fait jaser de lui avec la publication de son autobiographie Not Dead Yet. En 1996, c'était le fait qu'il abandonne la barque de Genesis qui avait retenu l'attention.

Les amateurs de Québec croyaient bien tirer le meilleur de cette situation : des visites de Collins et d'une nouvelle mouture de Genesis, avec Ray Wilson au chant, étaient prévues en 1997. La formation britannique a cependant annulé son passage, et Collins est passé bien près d'en faire autant. Victime d'ennuis de voix - une grippe transformée en laryngite, avait précisé le promoteur Michel Brazeau -, Collins avait dû reporter son concert du 15 au

26 mars. Or quand on lit la critique du Soleil de l'époque, signée par Michel Bilodeau, il n'y avait finalement eu aucun souci pour ce qui est du chant, l'artiste affichant une «forme resplendissante».

Malgré sa carrière solo déjà bien remplie, il s'agissait de la première visite de Collins à Québec sous son propre nom, survenant exactement 20 ans après son dernier passage, à titre de membre de Genesis. Il n'avait pas manqué de le souligner, en français s'il vous plaît : «Il y a longtemps que je n'étais pas venu à Québec. Vous ne m'avez pas oublié.»

Collins était débarqué avec une imposante formation de 12 musiciens et avait exploité au maximum son vaste bagage de hits durant près de 2 heures 30 minutes. Les Don't Lose My Number, Against All Odds (Take a Look at Me Now), Easy Lover ou Sussudio étaient au programme, livrés sur une scène circulaire évoquant un navire. Collins s'était bien sûr gardé un moment derrière la batterie et avait réservé des passages plus intimes, comme sur One More Night, où il s'installait au piano.

Bien que l'album Dance Into the Light, qui était alors son plus récent, n'avait pas été son plus populaire, la tournée Trip Into the Light avait particulièrement bien marché, notamment à Québec, où elle avait fait courir 15 200 spectateurs.

Y étiez-vous?

Réagissez au houle.lesoleil.com

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer