Un Beauceron invité à célébrer Zappa

Le jeune Jacob Deraps, auquel Dweezil Zappa a offert une... (Le Soleil, Caroline Grégoire)

Agrandir

Le jeune Jacob Deraps, auquel Dweezil Zappa a offert une bourse, a donné la réplique au musicien de manière impressionnante, cumulant les envolées survoltées...

Le Soleil, Caroline Grégoire

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) CRITIQUE / Dweezil Zappa est désormais un habitué de Québec : il était de retour, mercredi, pour la septième fois en 10 ans. Le talentueux musicien a bien sûr célébré le répertoire de son père, Frank, avec un généreux programme, mais en a aussi profité pour accueillir son protégé de la Beauce, le guitariste Jacob Deraps.

À la toute fin de son concert, Zappa fils a invité Deraps à rejoindre sa troupe. Lui laissant d'abord les projecteurs pour qu'il interprète un titre de Van Halen, le mentor a ensuite enchaîné avec une version de Willie the Pimp, où Deraps était mis à contribution. Le jeune musicien de 19 ans, auquel Zappa a offert une bourse un peu plus tôt cette année, lui a donné la réplique de manière impressionnante, cumulant les envolées survoltées...

Deraps n'a pas été le seul invité à apparaître auprès de Zappa. Une fillette d'environ 10 ans, qui était présente dans la foule, s'est retrouvée à ses côtés. Il lui a prêté sa guitare le temps d'un bref jam où il la guidait. «Quand je vois qu'il y a des jeunes qui sont intéressés par cette musique, je me dis qu'il y a de l'espoir», a-t-il blagué.

Bien qu'elle soit baptisée Dweezil Zappa Plays Whatever The F@%k He Wants! - The Cease and Desist Tour, en raison du litige qui l'oppose au Zappa Family Trust, la présente tournée de Zappa est d'abord et avant tout une célébration du legs musical de Frank. Le concert soulignait entre autres les 50 ans du premier album de Zappa père, Freak Out!. Aussi,  plusieurs titres de cet album qui remonte à 1966 ont été à l'honneur. Il était intéressant d'entendre certains de ces morceaux, qui rappelaient que, dès le début de sa carrière, Zappa avait déjà une touche unique. Toutefois, ce ne sont pas les pièces qui ont le mieux marché. 

Cela dit, Dweezil avait tout le temps nécessaire devant lui pour faire décoller son spectacle : c'est un marathon de près de trois heures qu'il avait concocté avec ses six musiciens et chanteur des plus doués, dont la saxophoniste, instrumentiste et complice de longue date, Scheila Gonzalez. Aussi, quand on a embarqué dans une magnifique version de Inca Roads ou encore dans une redoutable Zomby Woof, qui mettait autant de l'avant l'apport de la chanteuse Cian Coey que la virtuosité de Dweezil Zappa, la foule était conquise.

Zappa est venu souvent à Québec, ce qui explique peut-être que les spectateurs ne remplissaient que le parterre de l'Impérial. Cela dit, les fans étaient enthousiastes, comblés par le programme aussi costaud que diversifié, mettant de l'avant maintes facettes de Zappa: jazzy, blues, rock, complexe et... rigolote.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer