Richard Séguin: chaleur et humanité

Visiblement content d'être là, Richard Séguin a mis... (Le Soleil, Caroline Grégoire)

Agrandir

Visiblement content d'être là, Richard Séguin a mis le public du Théâtre Petit Champlain dans sa poche.

Le Soleil, Caroline Grégoire

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CRITIQUE / Du charme et de l'authenticité, des chansons engagées et près du coeur, des pointes mordantes et des rires francs. Il a beau chanter ses Horizons nouveaux, Richard Séguin ne change pas... Et c'est tant mieux!

Souriant et bien en voix, l'auteur-compositeur-interprète a mis le Théâtre Petit Champlain dans sa poche, mercredi soir. Visiblement content d'être là, dans «l'un des rares endroits où on peut toucher le public, il a fait honneur à son dernier album paru au printemps dernier, Les horizons nouveaux, en interprétant près d'une dizaine de titres. Et en explorant du coup dans de nouvelles teintes des pôles d'inspiration auxquels il nous a habitués : plume revendicatrice (Tant qu'y en a), récits de route (Roadie) ou poésie du coeur (Au bord du temps, inspirée par une question de sa petite-fille sur les réfugiés syriens). 

Pour cette nouvelle tournée, le vétéran s'est entouré d'un talentueux groupe de polyvalents musiciens (Hugo Perreault, Simon Godin et Myëlle). À quatre, ils étaient presque à l'étroit sur la scène du Théâtre Petit Champlain tant elle était bien remplie d'instruments : bon nombre de guitares, banjo, dobro, violoncelle, basse, tambour, xylophone, harmonium et autre clavier... 

Et comme tout ce beau monde sait aussi très bien broder de belles harmonies vocales, disons qu'on a souvent eu de quoi se régaler, mercredi. La très belle Sous les cheminées a donné lieu à un instant de pure magie, tout comme cette intense version de la toujours appréciée L'ange vagabond, qui a enflammé le théâtre en fin de première partie. Idem pour cette inspirée (et ludique) relecture de Tirelou de Félix Leclerc. Ou encore cette Belle ancolie on ne peut plus sensible, livrée en duo avec la musicienne/magicienne Myëlle, qui a butiné d'un instrument à l'autre toute la soirée. Ne manquait que Journée d'Amérique, servie en prime en fin de rappel, pour finir de galvaniser la foule. Mission accomplie!

Entre des segments musicaux précis et des interventions souvent rigolotes - fallait le voir feindre d'hypnotiser son public pour lui faire oublier qu'il tentait d'accorder sa guitare depuis un moment! -, Richard Séguin s'est montré entier et engagé (de plus d'une manière) devant ses fans de la capitale. 

La cerise sur le gâteau? L'emballage visuel signé Jean-François Couture, qui a offert à grand renfort d'éclairages soignés et de projections vaporeuses la toile de fond parfaite à ce rendez-vous intime, plein de chaleur et d'humanité. 

Richard Séguin s'est installé au Théâtre Petit Champlain jusqu'à samedi, mais tous les billets ont déjà trouvé preneurs. Il sera de retour sur la même scène les 1er et 2 mars ainsi que le 18 mars à la salle Desjardins de Saint-Augustin-de-Desmaures.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer