Y étiez-vous? Green Day à l'Agora, en 2010

Dès le début du concert, le leader Billie... (Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Dès le début du concert, le leader Billie Joe Armstrong s'était assuré d'avoir les spectateurs dans le creux sa main.

Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les Californiens Green Day ont lancé vendredi leur 12album studio, Revolution Radio. Mais encore plus que leurs enregistrements, ce sont les concerts du groupe qui marquent l'imaginaire...

Quiconque a vu le trio à l'oeuvre sait comment il peut transformer une soirée en redoutable party punk rock. En 2010, les gars ont tenu à faire une tournée estivale en extérieur, quitte à avoir des foules un peu plus modestes qu'en aréna. Cela a certainement contribué à ce que la halte du 20 août, à l'Agora, soit hautement mémorable.

Dès le début du concert, le leader Billie Joe Armstrong s'est assuré d'avoir les spectateurs dans le creux sa main, les faisant chanter, sauter ou hurler pour que les «bâtards de la Saskatchewan» les entendent. Et il ne les a jamais lâchés en cours de route, ayant toujours un élément de nouveauté pour que chacun garde les yeux rivés sur la scène. Des fans sont ainsi montés sur les planches, un est reparti avec une guitare, un autre a plongé dans la foule. Armstrong, qui arborait une tignasse blonde, a également sorti le fleurdelisé, modifié les paroles de plusieurs pièces pour faire des références à «Quebec City», sorti un boyau pour arroser les spectateurs, en plus de manier deux fusils : l'un pour lancer du papier hygiénique, l'autre pour distribuer des t-shirts.

Tout ça fait en quelque sorte partie de la recette Green Day, or cette soirée-là, où le beau temps était de la partie, il semblait que le plaisir était aussi intense sur les planches. Pas moins de 36 pièces ont défilé, dont deux medleys de reprises. «Je crois que c'est ce soir qu'on a joué le plus de chansons de toute la tournée», a confié le leader. Avant le rappel, 2 heures 30 minutes de matériel avait été servi, et il restait encore cinq titres, dont American Idiot, When September Ends et Good Riddance (Time of Your Life).

L'Agora, qu'on a si souvent eu du mal à remplir, débordait avec 7500 personnes (ce qui semble passablement exagéré), selon les organisateurs.

Y étiez-vous?

Réagissez au houle.lesoleil.com

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer