Musiques sacrées: formule plus modeste

Marie-Josée Lord... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Marie-Josée Lord

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Après une année de pause l'an dernier, l'International des musiques sacrées de Québec (IMSQ) revient cette année sous une formule plus courte et plus modeste que celle des présentations précédentes. Le festival mise davantage sur les musiciens de Québec, tout en s'offrant Marie-Josée Lord comme tête d'affiche.

«On avait perdu certains joueurs et on voulait prendre le temps de se recentrer», indique Guillaume Boulay, entré parmi les administrateurs en septembre 2015, lorsque la décision a été prise de ne pas faire de festival. «On n'aurait pas pu faire un évènement à la hauteur de nos attentes», ajoute-t-il.

Maintenant président de l'IMSQ, M. Boulay indique que l'organisme fonctionne avec un peu plus du tiers du budget d'il y a deux ans. «Quand on dit "sacrée", pas mal tout le monde part en courant, illustre-t-il. On a donc dû revoir nos sources de financement, et on est contents de dire que cette année, on est complètement financés de l'intérieur.» Aucune subvention ne vient présentement bonifier les dons, principalement de communautés religieuses, et les revenus de billetterie.

«On est revenu à des activités qui sont plus à la mesure de ce qu'on peut s'offrir. Il y a eu des années très fastes avec l'IMSQ, mais c'est un peu ce qui a mené aux difficultés qu'on a connues en 2015», note M. Boulay.

De huit jours en septembre 2014, le festival passera donc à quatre jours, du 3 au 6 novembre 2016. La  programmation a été établie en comité plutôt qu'avec un directeur artistique. 

«On a misé sur des gens de Québec, avec le choeur des Rhapsodes, les Violons du Roy et l'OSQ, souligne M. Boulay. L'idée du voyage, dans le temps, dans notre histoire et d'un pays à l'autre, traverse la programmation. On associe beaucoup la musique sacrée à la musique occidentale, mais chaque culture a sa musique sacrée et l'idée de l'International est de les mettre en valeur.»

Le jeudi 3 novembre, les musiciens des Violons joueront du Vivaldi avec la mezzo-soprano Maude Brunet à la Chapelle du Monastère des Augustines. Le lendemain, Kawandak et Yves Sioui-Durand s'inspireront des cérémonies de condoléances des nations huronnes-iroquoises pour un spectacle à l'Espace Hypérion. Un quintette de cuivre de l'Orchestre symphonique de Québec explorera la musique sacrée de la cour du Vatican, jusqu'aux rues de La Nouvelle-Orléans, le samedi à la cathédrale Holy Trinity, alors que Marie-Josée Lord donnera un récital avec le choeur Les Rhapsodes à l'église Saint-Roch le dimanche après-midi.

Outre le festival, l'International des musiques sacrées compte collaborer avec différents organismes de la capitale pour présenter différents concerts en saison, une démarche déjà amorcée l'an dernier.

Le 19e IMSQ se tiendra du 3 novembre au 6 novembre. Un forfait permet d'assister aux quatre spectacles pour 80 $. Les billets sont en vente sur lepointdevente.com.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer