Théâtre Petit Champlain: nouveau look, même esprit

Après s'être refait une beauté pendant un an,... (Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Après s'être refait une beauté pendant un an, le Théâtre Petit-Champlain célébrait mardi sa réouverture.

Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Après un an de travaux et des investissements estimés à 1,8 million $, le Théâtre Petit Champlain a fêté mardi sa cure de jeunesse. Et ils ont été nombreux à le faire avec lui dans une soirée célébrant la nouveauté, mais qui a fait la part belle aux souvenirs.

Foyer, loges et mezzanine rénovés, dispositif de sécurité contre les incendies mis aux normes. Sur la forme, les lieux ont été quelque peu modernisés. Mais sur le fond, la salle de spectacle restera la même : un lieu de rendez-vous intime entre le public et les artistes. Et c'est un peu ce qu'ont voulu démontrer ceux qui ont célébré la réouverture de la Maison de la chanson mardi.

Francis Cabrel, Jean-Pierre Ferland, Karim Ouellet, Bruno Pelletier, Pascale Picard, Mélissa Bédard, Paule-Andrée Cassidy, The Lost Fingers et Jamil se sont succédé sur ses planches pendant le spectacle Chanter l'histoire, animé par Marième.

Tous, sauf Jean-Pierre Ferland, avaient en commun d'avoir déjà «fait le Petit Champlain» (une expression qui est souvent revenue mardi). Le vétéran en a rigolé en énumérant toutes les salles qu'il avait connues à Québec. Ovationné en entrant en scène, il a interprété Une chance qu'on s'a et Un peu plus haut, un peu plus loin.

Souvenirs

Les autres invités ne se sont pas fait prier pour partager leurs souvenirs de la Maison de la chanson. Francis Cabrel s'est souvenu y avoir partagé la scène avec Pierre Bertrand il y a longtemps - «vous n'étiez pas nés!» a-t-il blagué - avant d'entonner Quand j'aime une fois j'aime pour toujours et Je l'aime à mourir. Il a lui aussi récolté une ovation... Comme Bruno Pelletier juste avant lui.

Alors que Marième et Pascale Picard ont toutes deux offert le récit de leur première expérience professionnelle sur cette «vraie» scène, Paule-Andrée Cassidy y est allée d'une anecdote plus personnelle. Comme spectatrice assidue, comme artiste ou comme formatrice au sein du défunt programme consacré à la relève 5 fois 5, organisé pendant quelques années par le Petit Champlain (et dont a bénéficié Karim Ouellet), elle a reconnu avoir vu le théâtre sous toutes ses facettes. En invitant sa fille Lou-Adriane à la rejoindre sur scène, elle a confié l'avoir déjà allaitée dans les loges.

Directeur du théâtre entre 1988 et 2014, Ulric Breton n'a pas été en mesure d'être présent à cette soirée de célébration. Il a quand même donné le ton en partageant ses propres souvenirs, en début de programme, via une vidéo où il s'est décrit comme un «entremetteur de gens heureux». Sur scène où à l'écran, de nombreux artistes (dont Gilles Vigneault) lui ont d'ailleurs rendu hommage en saluant son engagement.

Annoncées en mars 2015, les rénovations au Théâtre Petit Champlain ont été majoritairement financées par le gouvernement provincial, qui a injecté 1,2 million $ dans le projet. Le fédéral (400 000 $), la Coopérative du Quartier Petit Champlain (100 000 $) et le théâtre lui-même (55 000 $) ont allongé le reste des fonds nécessaires aux travaux.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer