Louis Lortie, au clavier et au lutrin

«C'est fou que deux gestes complètement différents puissent... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

«C'est fou que deux gestes complètement différents puissent indiquer le même passage à un orchestre!» s'enthousiasme le pianiste Louis Lortie.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Louis Lortie est l'un des rares pianistes de concert qui a développé une carrière parallèle en direction d'orchestre. Deux manières de faire de la musique, l'une avec un instrument, l'autre avec des humains, qui sont devenues complémentaires au fil du temps.

«La volonté des musiciens passe à travers un instrument, obéissant de nature, mais quand on est chef, on produit de la musique de manière abstraite. C'est presque chamanique. On fait arriver les choses avec certains mouvements. J'avais envie de comprendre comment ça fonctionne», explique Louis Lortie.

À force de sillonner le monde pour agir comme soliste avec différents ensembles, il a pu observer une quantité appréciable de techniques, de styles et de personnalités au lutrin. «C'est fou que deux gestes complètement différents puissent indiquer le même passage à un orchestre!» s'enthousiasme-t-il, en confiant qu'il doit même faire attention lorsqu'il est en train de jouer pour ne pas que sa deuxième passion le distraie trop.

Le musicien constate que de plus en plus de chefs mènent aussi de front une carrière d'interprète. «Les orchestres trouvent ça intéressant. Il y a des chefs qui ont des techniques prodigieuses pour indiquer les entrées et mener la barque, mais ensuite, pour le phrasé, c'est autre chose. De pouvoir manipuler les sons soi-même donne une expérience que les chefs n'ont pas. Pour moi, c'est complémentaire», explique-t-il. Le pianiste recommande même à tous les jeunes musiciens de troquer leur instrument pour une baguette lors de leur formation, question de mieux comprendre ceux qui les guident.

Un habitué de l'OSQ

Même s'il habite depuis une vingtaine d'années à Berlin, où il a fondé sa famille, Louis Lortie collabore régulièrement avec l'Orchestre symphonique de Québec. «Ça remonte à l'époque où Yoav Talmi était directeur musical. On se connaissait assez bien, on avait joué plusieurs fois ensemble et je lui ai dit que je commençais à faire de plus en plus de direction d'orchestre», raconte Lortie. Il a même dirigé l'OSQ à brûle-pourpoint - Talmi devant être opéré d'urgence - pour l'enregistrement d'un disque consacré à Mendelssohn, en 2009. 

«C'est d'ailleurs la seule fois de ma vie que j'ai dirigé l'enregistrement d'une symphonie. On apprend à bien connaître un orchestre dans ces circonstances. Il y a tellement de pression, ça devient une espèce de test», note-t-il.

Lorsque Fabien Gabel lui a proposé de diriger la 8e Symphonie de Beethoven, il n'a pas hésité longtemps. «Je vous avoue que j'aurais été content de faire n'importe quelle symphonie de Beethoven, c'est toujours extraordinaire à diriger.» Il y a arrimé le Concerto no 2 pour piano de Camille Saint-Saëns, qu'il doit jouer plusieurs fois cet automne. «C'est un concerto qui pourrait se faire sans chef. C'est un essai que je fais, je ne crois pas que ça a été fait, mais en regardant la partition, je me suis dit que je pourrais diriger du piano. Évidemment, je ne ferai pas beaucoup de gestes parce qu'il y a beaucoup de notes à jouer. Je vais surtout faire des signes de tête ou des regards, mais comme c'est un concerto bien connu de l'orchestre, il ne devrait pas y avoir trop de problème», prévoit-il.

Pour «installer l'ambiance», il commencera le concert par la suite Pelléas et Mélisande de Fauré, à laquelle il vient de consacrer un disque.

Fontaine de jouvence

Lortie qui, à 13 ans, se produisait déjà sur scène avec l'Orchestre symphonique de Montréal, vient de se voir confier la direction de la section piano à la Chapelle musicale Reine Elisabeth à Bruxelles. Bien conscient des nouvelles réalités des jeunes virtuoses, le pédagogue entend bien, toutefois, ne rien sacrifier à la connaissance approfondie de la musique.

«Quand j'étais plus jeune, il y avait quelques médias, mais maintenant, les jeunes sont presque en streaming. Il y a des caméras, ça passe tout de suite sur le Web, il y a beaucoup de commentaires. On est loin du petit paragraphe dans le journal. C'est plus violent, le rythme est plus effréné. On ne peut pas digérer plus vite qu'avant, par contre. L'art, la musique, ça prend toujours beaucoup de temps à mûrir», soutient-il.

Le prestigieux établissement n'a accepté que six jeunes pianistes cette année. Les professeurs les guident en classe, mais leur font déjà faire beaucoup de concerts, pour les habituer à affronter le public... et la nervosité.

À la mi-cinquantaine, ses deux garçons devenus grands, Lortie voit l'enseignement comme une fontaine de jouvence. «C'est très rafraîchissant, ça me fait voir ce qui change. Sinon, je serais dans mes vieilles habitudes à jouer toujours avec des gens de ma génération», note-t-il. Même l'interprétation des oeuvres qu'on croirait immuables change avec les époques. «Pour les plus vieux compositeurs, on a beaucoup de latitude. Ce que voulait dire Allegro en 1850, c'est encore une question non résolue, illustre-t-il. Il y a toutes sortes d'interprétations possibles, mais lorsqu'elles sont cohérentes, j'embarque totalement.»

Vous voulez y aller?

  • Qui: Louis Lortie et l'Orchestre symphonique de Québec
  • Quoi: Louis Lortie, baguette et piano (avec un Prélude au concert dès 19h)
  • Quand: mercredi 28 septembre 20h
  • : salle Louis-Fréchette du Grand Théâtre
  • Billets: 45,60 $ à 88,80 $ (23 $ pour les 30 ans et moins et 15 $ pour les 16 ans et moins)
  • Info: 1 877 643 8131

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer