Marie-Nicole Lemieux: toucher au sublime

Marie-Nicole Lemieux et Bernard Labadie ont multiplié les... (Patrice Gagnon, Goxplore)

Agrandir

Marie-Nicole Lemieux et Bernard Labadie ont multiplié les sourires alors que la contralto et les Violons du Roy présentaient le dernier concert du Festival international du Domaine Forget.

Patrice Gagnon, Goxplore

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) CRITIQUE / Marie-Nicole Lemieux et les Violons du Roy nous ont fait toucher au sublime, dimanche, avec un programme gorgé de beauté et de grandes émotions humaines pour clore le Festival international du Domaine Forget.

Un large sourire illuminait le visage de la contralto pendant la dernière mesure de Sudo il guerriero de Haydn, qui terminait le concert. Après avoir chanté avec toutes les nuances, la douceur et la puissance de sa voix des oeuvres exigeantes, Marie-Nicole Lemieux semblait ne plus pouvoir réfréner sa joie. 

Au rappel, elle a déclaré son amour au public (même à celui placé derrière elle) avec un air des Noces de Figaro et a prolongé l'enchantement avec une pièce tirée d'Orfeo ed Euridice. Entre les deux, elle a salué avec humour les spectateurs qui devaient quitter, visiblement rassasiée par les ovations chaleureuses qui se sont succédé. 

La premier violon Pascale Giguère était de retour sur scène après plus de trois mois d'absence et a bien mené le jeu d'archets du Passacaille en do mineur de Bach en ouverture de programme. Bernard Labadie, visiblement en forme et généreux lui aussi de ses sourires, a troqué sa chaise grinçante pour un banc de piano; rien, donc, ne venait troubler les si beaux entrelacs de la musique et de la voix de Marie-Nicole Lemieux.

Son Stabat Mater s'est élevé en une grande prière, grave et veloutée. Le collier argenté qui brillait sur sa robe bleue très sombre brillait alors que les notes s'élevaient doucement dans l'air, bercées par les cordes jusqu'au Amen final. 

Pour chanter Mozart et Haydn, la contralto rayonnait dans une robe bustier au motif travaillé et à la jupe ample. Une envolée vocale dans «Ombra felice! ...» nous a coupé le souffle pendant un instant, alors que l'air «Deh, per questo...» tiré de La clémence de Titus lui a permis de montrer la puissance de ses aigus et son expressivité. Elle s'est faite tour à tour fière, désespérée, vindicative.

On s'est un peu ennuyé d'elle pendant la symphonie La reine, dont l'élégance un brin pompeuse et la légèreté faisaient contrepoids aux pièces plus sombres, mais les deux autres pièces de Haydn ont mis sa douceur puis sa virtuosité en surbrillance. Une série de moments de bonheur.

Au MET en 2017-2018

Ceux qui ont parcouru la notice présentant Marie-Nicole Lemieux dans le programme du concert y auront remarqué une heureuse annonce: la contralto fera prochainement ses débuts au Metropolitain Opera de New York.

 Refusant strictement de donner des détails sur cet engagement, son équipe a toutefois fait le choix de propager la bonne nouvelle au public. 

La saison 2016-2017 du MET étant déjà dévoilée sans qu'y apparaisse le nom de Lemieux, on peut s'attendre à l'y voir dans la saison suivante. 

Après avoir conquis les spectateurs des grandes maisons d'opéra européennes, parions que la contralto saura ravir le coeur des New-Yorkais.

Hausse d'achalandage constante au Domaine Forget

La semaine dernière, le concert de Marc-André Hamelin a permis d'accueillir l'assistance la plus importante de l'histoire du Domaine, a annoncé Paul Fortin, directeur artistique du Festival international du Domaine Forget, dimanche soir.

Apprenant que tous les billets pour son concert étaient vendus, le pianiste a suggéré d'ajouter une soixantaine de places sur la scène pour permettre à plus de spectateurs d'y assister. «Il était très à l'aise entouré de spectateurs, on aurait dit qu'il était dans son salon», raconte M. Fortin.

Près de 16 000 personnes seraient passées au Domaine cette année, selon les premières estimations. «Nous connaissons de légères augmentations chaque année depuis cinq ans. L'an dernier, on parlait de 3 ou 4%, cette année on est plutôt autour de 1 ou 2%», note-t-il.

Contrairement aux années précédentes, aucun creux ne s'est toutefois fait sentir au cours de l'été et le taux de fréquentation est demeuré constant. En 2017, M. Fortin souhaiterait accueillir l'Orchestre symphonique de Québec pour plus d'un concert, refaire une journée thématique comme Paroles et musique et continuer à développer le créneau jazz.

NOTE: La compilation finale des données a permis de constater que ce sont plutôt près de 17 000 spectateurs qui ont visité le Domaine Forget entre le 18 juin et le 21 août. Il y aurait une hausse de 12 % des ventes de billets réguliers et une augmentation de 11 % de l'assistance moyenne aux concerts du Festival, selon un communiqué émis lundi.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer