Céline «vraiment chez elle»

«Je pense que Céline s'ennuyait du Québec. [Durant... (Photo Denise Truscello)

Agrandir

«Je pense que Céline s'ennuyait du Québec. [Durant les concerts] elle sort de ses textes, elle n'a pas le goût de partir. Elle raconte ses petits brins de vie avec ses enfants au Québec», dit Élise Duguay, photographiée avec son conjoint Denis Savage et Céline Dion lors du spectacle de la diva sur les plaines d'Abraham en 2013. 

Photo Denise Truscello

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Ça faisait longtemps que Céline Dion avait été aussi présente dans la Belle Province que cet été. Si ce séjour prolongé à Montréal, à Québec et à Trois-Rivières a de quoi combler ses fans, il apporte aussi son lot de bienfaits pour la vedette, selon sa choriste Élise Duguay.

«C'est comme si elle se retrouvait vraiment chez elle, même si Vegas, c'est maintenant chez elle, indique-t-elle. Renouer avec les Québécois ça lui a fait vraiment du bien. Je dirais même plus qu'elle ne le pensait - ça, c'est moi, pas elle qui le dit.»

Faut-il le rappeler, le spectacle que Céline présentera à compter de ce soir, au Centre Vidéotron, a pris forme au lendemain du décès de son mari, René Angélil. L'ombre de l'imprésario plane donc sur une partie du concert, or c'est loin d'être une proposition qui se veut sombre.

Élise Duguay explique qu'il y a une évolution dans ce spectacle, qui démarre de façon plus émotive, avec Trois heures vingt, livrée a cappella, pour s'achever de manière heureuse, avec des reprises dynamiques et des grands succès.

«Elle veut rendre hommage à René, lui faire plaisir, mais elle a aussi beaucoup fait le choix des chansons. Elle a amené beaucoup d'idées. Il y a, par exemple, des chansons de l'album 1 fille & 4 types qui n'ont pas vraiment tourné, mais ce sont les paroles qui lui parlaient. Elle avait le goût de dire quelque chose avec des paroles qu'elle aimait. C'est le fun de sortir un peu des succès aussi...»

Sur les planches, Céline Dion est entourée d'une imposante formation de près de 30 musiciens, dont une section de cuivres et une de cordes, sous la houlette de son nouveau directeur musical, Scott Price. Celui-ci a revu l'ensemble des orchestrations.

«Habituellement, ce sont toujours les claviers qui font les sons de cordes, mais là on a la vraie section, autant dans les tounes fortes que les ballades, note la choriste. Sur S'il suffisait d'aimer, c'est juste les cordes, Scott au piano et la contrebasse, c'est magnifique. Sur L'amour existe encore aussi, ça permet d'aller ailleurs. C'est vraiment beau, on a plein de frissons! »

«Succès monstre»

Le présent spectacle de Céline a été présenté deux fois à Anvers, en Belgique, et neuf fois à Paris, en France. Selon Élise Duguay, la réponse du public a été telle qu'une soirée supplémentaire aurait même pu être possible chez les cousins français. Au Québec aussi, le public souhaite vivement renouer avec la vedette, ce qui fait qu'elle se retrouve à faire ce qu'aucun autre artiste n'a encore fait à ce jour : remplir le Centre Vidéotron ou son prédécesseur, le Colisée, cinq soirs.

«C'est un succès monstre. Je crois qu'il y a beaucoup de sympathie, aussi. Les gens ont le goût de lui dire : "On est avec toi, malgré tout ce que tu vis."»

Élise Duguay devant le Caesars Palace à Las... (Le Soleil, Geneviève Bouchard) - image 2.0

Agrandir

Élise Duguay devant le Caesars Palace à Las Vegas 

Le Soleil, Geneviève Bouchard

Des concerts devant la famille

Chaque fois qu'Élise Duguay joindra sa voix à celle de Céline Dion lors des concerts au Centre Vidéotron, elle aura l'impression de le faire devant ses proches. Pour la choriste de la star, ces représentations marquent en effet un retour dans sa ville natale.

«C'est spécial pour moi, parce que venant de Québec, j'ai l'impression que toute ma famille est dans le Centre Vidéotron! C'est excitant!»

Le quotidien d'Élise Duguay est articulé autour de la carrière de Céline depuis 1994. Ceci, d'autant plus que son conjoint, Denis Savage, est le directeur de tournée de la célèbre chanteuse. Le couple, qui a un garçon âgé de 14 ans, a donc appris à développer sa famille en répondant aux demandes particulières que sont celles du milieu du spectacle.

«Ça se complique avec l'adolescence qui entre, confie Élise. Le secondaire 3, c'est une grosse année, on va avoir besoin d'un meeting de famille, c'est beaucoup d'organisation. Mais on a un bon garçon qui s'adapte beaucoup, qui est très conciliant et qui sait qu'il est chanceux, car ça l'amène à voyager.»

Sans regret

Après les représentations au Québec, le mois de septembre sera l'occasion d'un retour à Las Vegas, où Céline continue de se produire dans l'enceinte du Caesars Palace. Faire partie de l'équipe de la chanteuse demande une certaine souplesse dont sait faire preuve Élise Duguay. Car si elle sait que les représentations à Sin City sont prévues jusqu'en 2019, ce qui représente environ de quatre à cinq mois par année, à cela s'ajoutent différents engagements, comme mettre sa voix sur le tout nouvel album, Encore un soir, qui paraîtra vendredi. Certes, mener sa vie dans le monde du showbiz peut représenter certains casse-tête familiaux, mais n'allez pas croire qu'Élise Duguay regrette quoi que ce soit...

«Ce sont des moments intenses. On fait quelque chose comme 100 shows par année, plus les voyages, le studio, les émissions télé. Ça garde occupé, mais c'est génial de travailler pour LA chanteuse. C'est un beau privilège, c'est du bonheur!»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer