Millimetrik entre deux univers

Le producteur de musique électronique Pascal Asselin, alias... (Le Soleil, Caroline Grégoire)

Agrandir

Le producteur de musique électronique Pascal Asselin, alias Millimetrik

Le Soleil, Caroline Grégoire

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Il a longtemps été un travailleur solitaire. Voilà que le producteur de musique électronique Pascal Asselin, alias Millimetrik, semble apprécier de plus en plus la dynamique de groupe. Et disons qu'il n'a pas boudé son plaisir ces derniers temps : alors que le Festival d'été lui a permis de livrer ses nouvelles pièces bien entouré, le musicien de Québec s'apprête à renouer avec Les chauffeurs à pieds pour un Bal électro-trad qui promet de faire swinguer le public du Festival celtique de Québec.

Un groupe de musique traditionnelle et un compositeur qui trouve dans des machines ses principaux outils de création. La rencontre aurait pu sembler incongrue. Elle a plutôt été fructueuse. «On a trouvé ça vraiment le fun comme mélange, autant Les chauffeurs à pieds que moi», résume Pascal Asselin, qui s'apprête à renouveler l'expérience sur la scène de la place D'Youville vendredi, puis aux Rendez-vous ès Trad en octobre.

À mi-chemin entre ces deux univers musicaux, le calleur Jean-François Berthiaume s'efforcera une nouvelle fois de guider les danseurs. «Lui y va de façon très traditionnelle, comme s'il n'y avait pas de musique en séquences électroniques, décrit Pascal Asselin. Et les gens embarquent. Ça fait juste un mélange plus hétéroclite pour eux dans les danses. Mais on se tient à peu près dans les mêmes rythmiques qu'ils auraient faites sans moi.»

Celui qui forge son projet Millimetrik depuis 13 ans ne cache pas qu'il a sauté dans le projet du Bal électro-trad pour le défi, dans une envie de «vivre autre chose». Mais il ne nie pas non plus apprécier l'opportunité de partager les planches avec d'autres musiciens.

«C'est le fun parce que je n'avais jamais vraiment fait ça, confie-t-il. Maintenant, je donne des shows avec un batteur, mais j'ai presque tout le temps joué seul. C'est le fun de pouvoir se regarder et se répondre un peu. Ça ouvre des portes sur des pans de styles que je n'aurais pas cru possibles.»

Créer en duo

S'il a l'habitude d'animer son public en solitaire, Pascal Asselin a aussi longtemps créé en solo. Il a fait exception à ses habitudes il y a quelques mois pour l'album Fog Dreams, pour lequel il a requis les services du coréalisateur Kim Gaboury (aKido). 

«C'était complètement nouveau pour moi, indique-t-il. Quand j'ai commencé, en 2003, le premier album de Millimetrik était vraiment un genre d'ego trip de drummer qui ne joue pas de guitare, mais qui veut composer de la musique. J'ai toujours depuis ce temps-là voulu tout faire tout seul. Mais bon, on vieillit, on a envie d'avoir des sonorités différentes tout en gardant un certain son pour lequel on est reconnu», observe Asselin, qui dit avoir été parfois surpris par les suggestions de son collaborateur.

«Il y a des pièces qu'il n'a presque pas retouchées, indique-t-il. Il y en a d'autres où il s'est amusé à me proposer des structures complètement changées. Et il y en a où il a fait de vrais petits miracles. Port Ellen Bass, avec Maude Audet, il y a beaucoup de Kim là-dedans. Je n'ai jamais réussi à amener une touche aussi pop dans mon style à moi... Maude n'en revient pas encore, je pense!»

Inspirées d'un voyage au Cap-Breton et par les confidences d'un ancien gardien de phare, les nouvelles pièces de Millimetrik ont été transposées sur scène avec un groupe complet pendant le Festival d'été. «C'était génial! raconte Pascal Asselin. Le Festival m'a souvent offert de belles vitrines, mais jamais autant que celle-là, à une heure où même ma mère pouvait être là. C'était plus grand public que de jouer à minuit, disons...»

Les spectateurs rassemblés à l'Impérial ont pu y entendre une nouvelle pièce, née d'une collaboration avec Joey Proteau. Elle ouvrira la porte au prochain chapitre musical de Millimetrik, qui prévoit lancer dès janvier un minialbum. Celui-ci donnera suite à ce que Pascal Asselin décrit comme son album «le plus accessible». 

«Je ne veux pas non plus virer capot, mais c'est sûr que je veux essayer de rejoindre un peu plus de gens. Je me fie au fait que la musique électronique est un peu partout sans nécessairement que les gens ne s'en rendent compte», lance-t-il, citant l'exemple de la publicité. «Les gens en entendent tout le temps, reprend-il. Alors pourquoi ne pas entendre la mienne?»

Vous voulez y aller?

Quoi : le Bal électro-trad 

Qui : Les chauffeurs à pieds, Millimetrik et Jean-François Berthiaume

Quand : vendredi à 21h

Où : place D'Youville

Accès : gratuit

Info : www.festivalceltique.com

La culture celtique à l'honneur jusqu'à dimanche

Lancé d'explosive manière mercredi soir avec la présentation des Grands Feux sur le fleuve, le Festival celtique animera le Vieux-Québec jusqu'à dimanche. Au programme, des activités culturelles et sportives célébrant les racines bretonnes, irlandaises ou écossaises des gens de la capitale. Outre le Bal électro-trad de vendredi soir, la scène de la place D'Youville accueillera des musiciens dès 13h samedi et la formation Bodh'aktan viendra clore la marche à 21h30. Détails et programmation complète au www.festivalceltique.com.  

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer