Le bonheur au présent pour Édith Butler

Édith Butler prévoit offrir de nouvelles chansons à... (Archives La Presse)

Agrandir

Édith Butler prévoit offrir de nouvelles chansons à son public lors des spectacles qu'elle présentera au cours des prochains mois.

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Tribune

(Magog) Devenue plus discrète depuis quelques années, la chanteuse Édith Butler conserve malgré tout l'entrain qu'on lui connaissait à l'époque où elle enchaînait albums et spectacles à un rythme effréné. Son quotidien est fait de projets de construction et de musique. Elle demeure parfaitement heureuse dans sa région d'adoption, l'Estrie, mais son Acadie natale habite encore chacune des parcelles de son être.

Attablée sur la terrasse d'un restaurant de Magog, Édith Butler a le rire facile. Quand la serveuse lui demande ce qu'elle boira, elle lui lance : «Un pichet de bière rousse». Il est seulement 14h. La serveuse ne sait que penser. Mais, alors qu'elle s'éloigne de la table, la chanteuse la prévient qu'elle blaguait et lui indique qu'elle se contentera finalement d'un verre de petit format.

Une entrevue avec Édith Butler doit nécessairement se faire dans la bonne humeur. «Je suis ici parce que j'en ai le goût», mentionne-t-elle au journaliste de La Tribune, tout en insistant sur l'importance de savourer chaque instant pour avoir une vie heureuse.

Intitulé Le retour, le dernier disque de l'artiste a été lancé il y a trois ans. Le choix du titre n'a pas été fait au hasard, car la chanteuse se relevait alors d'un cancer et d'une mastectomie.

Sa maladie l'a beaucoup fait souffrir. «Ça a été cinq ans de douleurs. Et ce qui est le plus dur, ce sont les traitements qu'on nous donne. Par contre, je n'ai jamais lâché et je m'en suis sortie», raconte-t-elle.

Preuve sans doute qu'elle a un moral d'acier, Édith Butler a offert un spectacle dans le cadre du Festival de montgolfières de Gatineau seulement quelques jours après l'ablation de son sein droit, une épreuve qu'elle a traversée difficilement, mais qui ne l'a pas anéantie. Elle raconte brièvement cet épisode dans une biographie intitulée Édith Butler la fille de Paquetville, publiée aux Éditions de l'Homme en 2014.

Un nouvel album?

Depuis la parution de son disque Le retour, Édith Butler a continué à composer. Il lui plairait vraisemblablement de lancer un nouvel album à moyen terme. Elle hésite cependant parce que l'industrie du disque lui semble carrément malade.

«Ça coûte cher de faire un album et c'est difficile, dans l'état actuel des choses, de récupérer l'argent qu'on investit dans ce genre de projet. L'industrie de la musique est très dure pour les artistes, principalement les auteurs-compositeurs-interprètes, en ce moment. Et le problème n'existe pas qu'au Québec, c'est à travers la planète que ça ne fonctionne pas. J'attends un peu qu'on trouve la solution à la problématique.»

Puisqu'elle ne planifie pas d'enregistrer un nouveau disque à court terme, Édith Butler offrira ses nouvelles chansons à son public lors des spectacles qu'elle présentera durant les prochains mois. Elle prépare d'ailleurs une tournée qui l'amènera dans plusieurs grandes salles de la province. Le coup d'envoi sera donné au Capitole, à Québec, en 2017.

«Je ne suis plus très portée vers la tournée, admet la chanteuse, en esquissant un sourire. On dirait qu'en vieillissant, on a le goût de s'ancrer à un endroit en particulier. Cela dit, une fois que la série de spectacles est lancée, c'est correct. Je suis capable de prendre le rythme.»

L'Acadie tatouée sur le coeur

L'attachement d'Édith Butler envers la culture acadienne ne s'est pas manifesté uniquement à travers son travail en tant qu'artiste. Alors qu'elle étudiait à la maîtrise à l'Université Laval à Québec, elle a également placé l'Acadie au coeur de son parcours scolaire.

À ses débuts dans le domaine de la chanson, Édith Butler a voulu se doter d'un répertoire qui la distinguerait. Cela l'a amenée à apprendre de nombreuses chansons appartenant au folklore acadien.

«On était dans les années 60, se remémore-t-elle. Je connaissais un large éventail de chansons du folklore acadien. Puis des chercheurs de l'Université Laval sont venus à Paquetville, mon village natal. Ils s'intéressaient à notre culture. Je leur ai donc présenté les chansons que je savais et les ai orientés vers ceux qui me les avaient montrées.»

Sans doute épatés par les connaissances et les aptitudes de la jeune Édith, les chercheurs en question l'ont invitée à s'inscrire à l'Université Laval. L'Acadienne d'origine a étudié les us et coutumes de l'Acadie et du Québec pendant ses études universitaires.

«C'est important pour moi, les racines, confie la chanteuse. Elles nous permettent de savoir qui on est et d'aller plus loin. C'est ma théorie et j'y crois profondément.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer