MondoKarnaval: la perle des Antilles fait son carnaval

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La troisième présentation du festival MondoKarnaval - Cultures en fête à Québec fera la part belle aux cultures haïtienne et africaine. Le défilé carnavalesque sera plus visible que jamais, puisqu'il se déroulera sur la 3e Avenue, pourra compter sur l'expertise des Ateliers Balthazar (la Parade des jouets) et regroupera une quarantaine de communautés culturelles de Québec.

«Ce sera une occasion de découvrir ou de redécouvrir ce pays dont la grande presse se souvient surtout lors de catastrophes naturelles ou de crises politiques», a souligné l'écrivain et linguiste Alix Renaud, parrain de l'événement qui regroupe des spectacles de musique et de danse, un chapiteau des cultures, un marché du monde et le défilé.

Le Festival se déroulera les 3 et 4 septembre au parc Cartier-Brébeuf, où a été érigée la première école des Jésuites, en 1633. «Les deux premiers étudiants ont été un Amérindien et Olivier Le Jeune, le premier esclave de l'histoire du Canada. 

Tenir cette manifestation multiculturelle sur le lieu d'éducation du premier résident africain au Canada, je crois que la signification est excellente», a tenu à souligner le rappeur et historien Webster, qui est l'un des quatre porte-parole de l'événement. 

La conférence de presse a tourné à la communion musicale lorsque Vox Sambou, Wesli et Valérie Clio - les trois autres porte-parole, tous originaires d'Haïti - ont pris d'assaut la scène du District pour une performance métissée et impromptue, à laquelle s'est aussi joint Webster. Le coeur était à la fête, à la prise de parole et à la musique. 

Un rêve qui grandit

Doina Balzer, directrice du MondoKarnaval, se présente comme une Française d'origine roumaine, Québécoise d'adoption et Sénégalaise de coeur. Elle voit chaque année son rêve d'une grande célébration du multiculturalisme, dans un esprit de joie et d'allégresse, prendre de l'expansion. 

«L'an dernier, on comptait 35 communautés culturelles dans le défilé; cette année, ce sera au moins six de plus», annonce-t-elle. 

Valérie Clio est née à Montréal d'une famille haïtienne, a grandi à Brooklyn et est venue s'établir à Québec par amour. «Il y a de cela au moins 17 ans, quand je me promenais à Place Laurier, j'étais toute seule avec mes tresses», se souvient la chanteuse qui touche au jazz, au blues et à la pop. «Maintenant, il y a plus de gens qui ont la même couleur de peau que moi et je peux croiser un ami dans la rue et lui parler en créole.»

Au rythme des chansons

Pour Wesli, le Carnaval inclus dans le nom de l'événement réveille des souvenirs. «Le jour du Carnaval en Haïti, on respire au rythme des chansons, du tambour. Il y a une forme de chaleur et d'expression culturelle qu'on ne retrouve pas à longueur d'année. 

On a eu beaucoup d'années d'esclavage et je pense que le Carnaval, pour nous, ça veut aussi dire que le maître n'a plus de pouvoir sur nous», explique-t-il.

Info et horaire: www.mondokarnaval.com

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer