Marc-André Hamelin: la beauté des musiques rares

Le 13 août, Marc-André Hamelin jouera du piano au Domaine... (Fran Kaufman)

Agrandir

Le 13 août, Marc-André Hamelin jouera du piano au Domaine Forget.

Fran Kaufman

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Nous avons rejoint Marc-André Hamelin à Londres, dans les derniers milles d'un périple estival en Europe. Le pianiste avait la tête au festival d'Oxford et le coeur à Boston, où il a laissé sa nouvelle épouse après un court voyage de noces dans la ville de Québec.

«Ma femme n'avait jamais vu le Vieux-Québec, alors elle a été enchantée», note le musicien, qui a convolé en justes noces avec l'animatrice de radio classique Cathy Fuller. «On s'est rencontrés en entrevue en 2003 et je n'ai jamais été le même depuis», note-t-il, visiblement heureux. Coup de chance, une annulation de dernière minute lui a valu de jouer à Tanglewood, la maison d'été de l'orchestre symphonique de Boston, le 4 août.

Il traverse l'Atlantique presque chaque mois pour assurer une présence tant en Europe qu'en Amérique du Nord, mais comme bien de ses collègues, il s'est fait une raison : «J'aimerais bien rester plus longtemps sur le même continent, mais les offres pour des engagements ne viennent pas toujours dans le bon ordre.»

La seule solution pour alléger le tout serait de devenir un interprète tellement incontournable qu'il pourrait offrir un seul programme par saison, le même dans chacune des villes qu'il visite. Un rêve, comme un but à atteindre. «J'aimerais aussi étendre mon réseau, connaître d'autres chefs, d'autres orchestres et d'autres endroits où jouer. Les festivals, c'est fabuleux pour développer des liens», indique Hamelin.

Feinberg, le méconnu

Le 13 août, il retrouvera le piano du Domaine Forget, qu'il a lui-même choisi lors de la construction de la salle il y a 20 ans. Il a apporté quelques modifications au programme indiqué sur le site Web du Domaine, troquant les trois Intermezzi de Brahms et Jeux d'eau de Ravel pour la 7e sonate de Scriabine et la 2e sonate de Chopin, en deuxième partie. La première partie demeure telle quelle, avec la Sonate en do majeur de Haydn, Impromptus de Schubert et les Sonates 1 et 2 de Feinberg, le méconnu du lot. «Presque personne ne le connaît, mais le public a l'air de vraiment aimer ça. Ça fait quelques mois que je le joue et ça fait de l'effet. On s'en souvient surtout comme un des professeurs de piano au conservatoire de Moscou, mais il a écrit beaucoup», explique Hamelin, qui a une affection particulière pour les oeuvres oubliées ou très peu jouées. «Avant tout, j'aime jouer de la bonne musique, plaide-t-il. Mais il y a un plaisir à faire découvrir aux gens ce qu'ils sont susceptibles d'aimer.»

De Feinberg, il apprécie la singularité. «À mon sens, ça ne ressemble à presque rien, surtout ses dernières oeuvres, explique-t-il. Quoique les deux sonates que je vais jouer s'apparentent un peu au langage de Scriabine, donc ça a un certain rapport avec mon changement de programme.» Le pianiste aime piger un peu partout, sans s'astreindre à une thématique ou à une époque particulière, pour composer ses programmes.

«J'ai toujours aimé jouer les grands romantiques, mais au fil des années, j'ai aussi joué les grands compositeurs classiques, Mozart, Beethoven, Haydn, avec plaisir. Il me reste le répertoire du XXsiècle à explorer davantage», résume le pianiste, qui inclut toujours des découvertes au mixe.

«J'ai une collection de partitions qui fait environ 100 caisses. C'est absolument inépuisable. Et en plus, j'entends des choses à la radio ou en concert ou des gens me font des suggestions», raconte celui qui a hérité des trésors d'autres collectionneurs au fil du temps et qui visite régulièrement les librairies de seconde main.

Il travaille sur plusieurs pièces pour les inclure à son répertoire sur disque, déjà très vaste. «J'aimerais approfondir certaines sonates de Feinberg, il y en a qui sont vraiment extraordinaires, et il est possible que je les fasse toutes, puisqu'il y en a douze, indique-t-il. Il a aussi un bon nombre d'autres oeuvres qui ne sont pas des sonates que j'aimerais enregistrer. Mais avec cette musique-là, je prends mon temps, puisque c'est quand même assez compliqué.»

Vous voulez y aller?

  • Quoi: Festival international du Domaine Forget
  • Qui: Marc-André Hamelin (piano)
  • Quand: samedi 13 août, 20h (précédé d'une conférence sur les 20 ans de la salle Françoys-Bernier, à 19h)
  • : Domaine Forget, 5, rang Saint-Antoine, Saint-Irénée
  • Billet: adulte : 46 $, 16 à 30 ans : 22 $, 15 ans et moins : gratuit 
  • Info: 1 888 DFORGET (336-7438) ou www.domaineforget.com

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer