The Offspring: parcours de vétérans et énergie juvénile

Greg K., Dexter Holland, «Noodles» et Pete Parada...

Agrandir

Greg K., Dexter Holland, «Noodles» et Pete Parada du groupe punk rock The Offspring font escale à Festivent samedi.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Un groupe peut sans contredit revendiquer un statut de vétéran lorsqu'il commence à souligner le 20e anniversaire de ses albums marquants. Pour The Offspring, le titre est désormais pleinement assumé. Les punk rockers californiens qui sont attendus samedi à Festivent ont beau avoir pris de l'âge, leur enthousiasme n'a pas pâli, si l'on se fie au guitariste Kevin «Noodles» Wasserman.

«C'est comme célébrer l'anniversaire de ses enfants», rigole l'affable musicien à propos du cap franchi par les albums Ignition en 2012 et Smash - qui a valu au groupe un succès planétaire - deux ans plus tard. «Quand on nous demande quelles sont nos chansons préférées, c'est comme nous demander quel est notre enfant favori, reprend le guitariste. On fait semblant qu'on n'en a pas! Mais c'est vrai qu'on aime tout ce qu'on a fait. C'est comme dans la famille : certains enfants vont embarrasser plus leurs parents que d'autres, j'imagine...»

Noodles jure personnellement qu'il n'a pas de «bébé» favori dans la discographie de The Offspring. «On peut voir certaines améliorations d'un album à l'autre, mais je pense que depuis Ignition, il n'y a pas tant de choses qui ont changé. On est resté le même groupe.» Il concède toutefois avoir plus de plaisir à jouer certains titres en concert. Parmi eux, il cite le mégasuccès Self Esteem, qui provoque presque à tout coup un «effet gigantesque» dans le public... Mais pas partout! 

«C'est une chanson majeure pour nous, confirme le guitariste. On finit pratiquement tous nos concerts avec ça. Sauf au Japon! Là, on va la glisser au milieu du set si on la joue. Et ce n'est pas certain qu'on le fasse. Nos fans japonais n'aiment pas Self Esteem. C'est intéressant, parce que partout ailleurs dans le monde, l'effet est gigantesque, les gens sautent comme des fous. Mais pas au Japon.»

Le succès par surprise

L'existence de Kevin Wasserman, comme celle de ses confrères Dexter Holland (voix) et Greg K. (basse) - le batteur Ron Welty a quitté le groupe et c'est maintenant Pete Parada qui manie les baguettes), a basculé à la parution de l'album Smash et de sa locomotive Come Out and Play, en 1994. Le groupe existait déjà depuis 10 ans quand il a été propulsé sur les palmarès par ce troisième disque, dont personne n'a vu venir le succès commercial, bien au-delà de la niche punk rock. Surpris par la gloire soudaine de The Offspring, Noodles a même pendant un moment concilié son horaire de concierge dans une école primaire à celui de rock star.  

«J'avais promis à mon patron de terminer l'année scolaire. Il ne voulait pas faire entrer un nouveau gars pendant la période la plus occupée de l'année. Je me sentais misérable, j'étais épuisé, mais on s'est arrangé pour que ça fonctionne», relate le musicien, qui passait incognito devant les jeunes écoliers... Mais moins devant les élèves du secondaire qui avaient un arrêt de bus juste en face. 

Sentiment «étrange» 

«On avait une vidéo à la télé, la chanson tournait vraiment beaucoup. Les petits qui fréquentaient mon école étaient trop jeunes pour savoir qui j'étais. Mais les ados m'avaient vu à MTV. Et là ils me voyaient balayer derrière des enfants. Et ils me demandaient : "Man, qu'est-ce que tu fais là?"» rigole le guitariste, qui se souvient du sentiment «étrange» venu avec cette célébrité inattendue. 

«Soudainement, les gens se sont mis à nous aimer, ajoute-t-il. C'était bizarre. On formait un groupe depuis 10 ans. Et ce n'est pas comme si on avait changé ou fait les choses différemment. L'industrie avait changé. Nirvana avait vraiment défoncé des portes et ce que les fans de rock attendaient des groupes avait changé. Ce n'était plus seulement du metal ou du rock consensuel. Je pense que les gens ont commencé à avoir envie de quelque chose de plus dangereux, de plus edgy et de peut-être un peu plus honnête.»

Deux décennies plus tard, The Offspring ne peine pas le moins du monde à garder son énergie juvénile, jure son guitariste, qui voit sans cesse le public se renouveler. 

«C'est ce qu'on aime faire! lance-t-il. On a la chance de voir du pays, de boire de la bière et de jouer de la musique. Et on fait ça avec nos copains, pour des fans qui sont aussi jeunes maintenant qu'ils l'étaient il y a 20 ans. C'est toujours pertinent, c'est toujours de la bonne musique. Et il y a toujours de nouveaux fans qui arrivent. Ce n'est pas quelque chose qu'on aurait pu planifier. Mais c'est la réalité!»

Des requins pour patienter

Les fans qui attendent le 10album de The Offspring devront patienter encore un peu. «On aurait aimé être plus avancé à ce point-ci, question de pouvoir lancer le disque avant la fin de l'année. Mais on n'en est encore qu'à mi-chemin, je dirais», estime le guitariste Kevin «Noodles» Wasserman.

Fin juillet, le groupe a donné suite à un premier simple lancé l'an dernier (Coming For You) en signant une chanson-thème pour le quatrième téléfilm de l'absurde série Sharknado, qui a pour prémisse un cyclone faisant pleuvoir des requins sur Los Angeles. 

«Je ne m'étais jamais penché sur cette franchise avant le troisième film, rigole Noodles. J'ai trouvé ça tellement ridicule... Et tellement drôle!»

Le guitariste dit même espérer que leur chanson - qui se veut aussi un hommage au groupe The Dickies et à sa chanson Gigantor - permette de pousser la collaboration un peu plus loin. Un espoir semble-t-il partagé par le chanteur de The Offspring. «Dexter et moi rêvons de faire un caméo dans le prochain film, avance-t-il. Alors, on a enregistré la chanson dans l'espoir que ça nous ouvre les portes du plateau de tournage. J'adorerais me faire tuer par un requin à l'écran!»

Noodles n'exclut pas que son groupe publie de nouvelles chansons sur le Web avant la parution du 10e album. Mais le public de Festivent ne risque toutefois pas d'entendre des primeurs samedi. «On n'aime pas vraiment jouer des chansons qui ne sont pas encore disponibles, explique le guitariste. On souhaite que les fans entendent les vraies chansons d'abord, avant qu'on en fasse des versions terribles sur scène et que ça se retrouve sur YouTube...»

***

Vous voulez y aller?

Qui : The Offspring 

Quand : samedi à 21h30 (première partie de Mute dès 20h)

Où : parc Champigny, Saint-Jean-Chrysostome

Accès : billet journalier à partir de 17,40 $ (13 ans et plus), passeport cinq jours à 34,79 $

Info : festivent.net

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer