Shareapass s'attaque aux poids lourds d'evenko à Montréal

Le fondateur de Shareapass, Jonathan Parent, considère que... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Le fondateur de Shareapass, Jonathan Parent, considère que son entreprise offre une dernière chance d'assister à Osheaga grâce à ceux qui ont acheté leur laissez-passer, mais qui ont des indisponibilités qu'ils veulent partager avec de potentiels emprunteurs.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ian Bussières</p>

(Québec) Après avoir imposé son service de partage de laissez-passer lors du Festival d'été, l'entreprise Shareapass de Québec s'attaque maintenant aux deux poids lourds du producteur montréalais evenko en rendant sa plateforme disponible lors des festivals Osheaga et Heavy Montréal.

Le fondateur de Shareapass, l'homme d'affaires Jonathan Parent, souhaite profiter du fait qu'Osheaga, qui présentera entre autres en fin de semaine les spectacles des Radiohead, Red Hot Chili Peppers, Lana Del Ray et The Lumineers, se déroulera à guichet fermé.

«Il y a déjà une demande puisque ceux qui s'y sont pris tard ne peuvent plus acheter de laissez-passer. Ils ont tous été vendus, dont près de 35 % à des acheteurs de l'Ontario», explique M. Parent.

Même si, à la base, les laissez-passer des deux festivals d'evenko ne sont pas faits pour être partagés, Jonathan Parent explique que la découverte d'une technique permettant de retirer les bracelets du festival californien Coachella, sur lesquels sont calqués ceux des festivals montréalais, facilitera la tâche de ceux qui souhaitent les partager.

«Je ne crois pas qu'Osheaga et Heavy Montréal se mettront soudainement à rendre leurs bracelets amovibles. Cependant, on sait maintenant, et nous avons publié la vidéo qui explique comment faire sur notre site, qu'il est possible de retirer ces bracelets munis d'un loquet au poignet et de les remettre sans les endommager», explique-t-il.

«Dernière chance» pour Osheaga

Jonathan Parent considère que son entreprise offre ainsi une dernière chance d'assister à Osheaga grâce à ceux qui ont acheté leur laissez-passer, mais qui ont des indisponibilités qu'ils veulent partager avec de potentiels emprunteurs.

Quant à Heavy Montréal, qui aura lieu les 6 et 7 août, des billets quotidiens et des billets pour la fin de semaine sont toujours disponibles pour y assister, mais Shareapass se lance tout de même dans l'arène au cas où des acheteurs souhaiteraient aussi partager leurs laissez-passer.

Shareapass fonctionne grâce à une plateforme en ligne où les détenteurs de laissez-passer et les emprunteurs peuvent entrer en contact et se rencontrer pour procéder à l'échange. L'entreprise récolte 10 % du montant payé par l'acheteur et 10 % du montant demandé par le locateur. Shareapass offre également une garantie si l'emprunteur ne rend pas le laissez-passer au prêteur.

Succès au FEQ

Lors du dernier Festival d'été de Québec (FEQ), Shareapass a permis de réaliser 1644 partages, une hausse de 13 % par rapport à l'année précédente malgré l'absence de lieu pour mettre les laissez-passer en consigne. De plus, 60 % des prêts affichés ont trouvé preneurs.

Malgré tout, l'équipe de Shareapass est perçue depuis plusieurs années comme une épine dans le pied par le Festival d'été de Québec, qui encourage pourtant le partage de laissez-passer, mais s'oppose à ce qu'une autre entreprise en tire profit.

À Montréal, l'équipe d'evenko n'a pas rappelé Le Soleil qui l'a contactée à propos de l'arrivée prochaine de Shareapass dans ses festivals.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer