Slipknot fait oublier l'absence de Marilyn Manson

Habillé de noir et masqué pour faire peur... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Habillé de noir et masqué pour faire peur comme ses huit acolytes, jamais on ne devinerait qu'une gueule d'acteur se cache sous le masque de zombie de Corey Taylor, qui gueule à s'en défoncer les poumons durant la majeure partie de sa performance.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ian Bussières</p>

(Québec) CRITIQUE / Avec un spectacle tribal, lourd et théâtral entamé une demi-heure plus tôt que prévu, Slipknot a fait oublier aux milliers de spectateurs réunis dans le Centre Vidéotron jeudi soir que le groupe Marilyn Manson, qui devait se produire avant lui, avait annulé sa prestation en plaidant le fait que son chanteur était malade.

C'est qu'ils arrivent à neuf, la bande du chanteur Corey Taylor et du guitariste Jim Root, tout ça sur une scène à trois étages: un pour les deux claviéristes, un pour le batteur et la terre ferme pour les guitaristes, le bassiste et le chanteur. 

Les gars de Des Moines avaient mis le paquet jeudi avec un écran géant sur lequel on pouvait assister à des projections morbides en lien avec les pièces interprétées et deux socles qui tournaient, montaient et descendaient à chaque bout de la scène sur lesquels étaient installés les percussionnistes Shawn «le clown» Crahan et Chris Fehn avec leurs tambours.

Musicalement, la performance des Américains était également sans tache avec un programme comprenant des pièces de chacun de leurs cinq albums. Le public s'amusait ferme au parterre, qui se transformait régulièrement en gigantesque «moshpit», et dans les gradins, où tous criaient les paroles des The Heretic Anthem, Duality et autres Wait and Bleed.

Habillé de noir et masqué pour faire peur comme ses huit acolytes, jamais on ne devinerait qu'une gueule d'acteur se cache sous le masque de zombie de Taylor, qui gueule à s'en défoncer les poumons durant la majeure partie de sa performance.

«Vous savez, j'ai été opéré au cou il n'y a pas très longtemps, mais l'important, c'est que je sois ici ce soir et que vous soyez ici ce soir aussi», a lancé Taylor juste avant de lancer Skeptic. Des paroles qui faisaient clairement plaisir à un public qui avait encore sur le coeur le forfait de Marilyn Manson.

Deux fois plutôt qu'une, Taylor a tenté de convaincre le public de pardonner à Manson. Après avoir invité les spectateurs à applaudir le groupe californien Of Mice and Men, qui avait lancé la soirée à 18h30, il les a invités à faire la même chose pour Marilyn Manson. 

«Je sais qu'ils n'ont pas joué ce soir, mais ils se sont quand même déplacés ici. Je veux vous entendre pour Marilyn fucking Manson!» a-t-il lancé, répétant le manège à la fin de son rappel. Pas encore prête à donner l'absolution à «l'Antéchrist Superstar», la foule a répondu en huant de nouveau le grand absent de la soirée à chaque occasion.

Marilyn Manson... (Archives AP, Owen Sweeney) - image 2.0

Agrandir

Marilyn Manson

Archives AP, Owen Sweeney

Manson Malade

C'est que Marilyn Manson devait jouer tout juste avant Slipknot. Cinq minutes avant l'heure prévue, le bassiste Jeordie White s'est toutefois présenté seul sur scène. «Manson ne se sent pas très bien. Il est très malade», a-t-il déclaré, en anglais, faisant référence au chanteur Brian Hugh Warner, alias Marilyn Manson. 

Les huées ont commencé à fuser et se sont généralisées quand White, aussi connu sous le surnom de Twiggy Ramirez, a poursuivi. «Ça a l'air qu'on ne jouera pas ce soir... Je vous comprends... Nous sommes désolés. Nous allons essayer de nous reprendre plus tard.»

La foule était tellement en colère qu'une employée du Centre Vidéotron a été dépêchée sur la scène pour répéter en français les paroles de White. Ça n'a toutefois pas été suffisant pour calmer la foule, alors que plusieurs spectateurs ont continué à huer pendant quelques minutes.

Le groupe de metal industriel avait présenté son spectacle en première partie de Slipknot mercredi soir au Centre Bell, mais sa performance courte et peu inspirée avait déplu à plusieurs fans. Le Centre Vidéotron a accepté de donner un remboursement complet aux spectateurs qui souhaitaient quitter en raison de l'absence de Marilyn Manson.

Of Mice and Men

Of Mice and Men avait pourtant bien lancé la soirée avec son furieux metalcore à deux voix. La troupe d'Austin Carlile et Aaron Pauley a livré, en un peu plus d'une demi-heure, six titres de son plus récent album, Restoring Force, ainsi qu'une nouvelle pièce, Pain, qui figurera sur son prochain album à paraître le 9 septembre.

Le quintette, qui sait bien doser les segments vocaux mélodiques et les hurlements typiques de cette catégorie du metal, a conclu sa prestation avec The Depths, tirée de l'album The Flood paru en 2011.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer