Fête nationale sur les Plaines: formule revisitée, nouvel élan?

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Après des années plus difficiles où elles semblaient avoir perdu leur pouvoir d'attraction, les célébrations de la fête nationale sur les plaines d'Abraham ont retrouvé un certain élan, jeudi soir. On est encore loin des marées de fêtards d'autrefois: la foule n'était pas compacte et le terrain, très clairsemé par endroits. Mais ceux qui y étaient ont eu droit à un programme festif bien relevé.

Par le passé, on a évoqué la météo ou le resserrement des mesures de sécurité pour expliquer la fonte du public sur les Plaines le 23 juin. Peut-être aussi que la formule proposée depuis 2013, qui laissait toute la place au répertoire des artistes invités, n'a jamais vraiment réussi à trouver son public.

En se voyant confier les rênes du spectacle de la Saint-Jean cette année, la division musicale de QuébéComm, Sismyk, est revenue à une recette plus éprouvée dans un contexte de fête nationale: une enfilade de pots-pourris, un sain mélange de nostalgique et d'actuel, de patriotique et de dansant. On aurait pu crier à la redite, n'eût été la manière dynamique avec laquelle la sauce a été revisitée, à grand renfort de collages où les chansons s'entrecroisaient et s'entremêlaient.

Avec la populaire Marie-Mai dans le rôle d'animatrice - défi qu'elle a relevé avec élégance, en plus de livrer un pétillant pot-pourri de ses chansons avec la troupe de danse lévisienne DM Nation -, on courtisait visiblement un public familial. Vrai aussi que la brochette d'artistes invités ratissait large: entre Diane Dufresne, Isabelle Boulay, Zachary Richard, Patrice Michaud, Jean-François Breau, Roch Voisine, Marie-Pierre Arthur, Philippe Brach, Alexandre Désilets, Michel Pagliaro, Rémi Chassé, Corey Hart, Jonas et Pierre Lapointe, à peu près tout le monde dans la foule pouvait y trouver son compte.

Et tout le monde sur scène a pu trouver sa place. En solo, en duo ou en groupe (Pag a été particulièrement bien servi par ses confrères), chacun a vu ses chansons briller. Pierre Lapointe a été joliment appuyé de Marie-Pierre Arthur, qui a elle-même bénéficié plus tard des services d'Alexandre Désilets. Zachary Richard s'est joint à Patrice Michaud pour Je cours après Marie... Et ainsi de suite, les artistes partageant les planches sur un pied d'égalité. Entendre la chanson Bonne journée de Philippe Brach parmi les «classiques de feux de joie» a pris des allures de consécration.

Marie-Mai a livré un pétillant medley de ses chansons... (Le Soleil, Pascal Ratthé) - image 2.0

Agrandir

Marie-Mai a livré un pétillant medley de ses chansons avec la troupe de danse lévisienne DM Nation.

Le Soleil, Pascal Ratthé

Numéros franchement festifs

Chacun a aussi semblé prendre son pied - et c'était plutôt contagieux! - dans des numéros collaboratifs franchement festifs, mettant en vitrine de grandes chansons québécoises. L'ouverture explosive de la soirée a donné le ton, le segment mélangeant airs traditionnels (chapeau à la formation De temps antan et à ses as de la podorythmie) en a ajouté une bonne couche!

Clins d'oeil aux disparus

La soirée de jeudi a été le théâtre de plusieurs clins d'oeil à de grands disparus. Gerry Boulet, qui aurait eu 70 ans cette année, a reçu un hommage de la part de Corey Hart, qui a interprété L'hymne à l'amour. Une vidéo retransmise sur les écrans géants a permis au parolier Luc Plamondon de célébrer la mémoire de Steve Fiset (à qui il a offert Les chemins d'été, chantée jeudi par Jean-François Breau) et de René Angélil. Pierre Lapointe a ainsi servi une touchante version de L'amour existe encore, que Plamondon a aussi dédiée aux victimes de la tuerie d'Orlando.

Décédé deux jours plus tôt, Pierre Lalonde a eu droit à une révérence impromptue, mais fort appréciée.

Après un discours patriotique choral, bâti de citations de divers artistes d'ici et mené par l'écrivaine Kim Thúy, un autre hommage a été livré à des auteurs-compositeurs québécois, vivants ceux-là. À moins que ce ne soit une invitation? Coup sur coup, il y a eu Tenir debout de David Portelance (chantée par Isabelle Boulay), Vivre debout, une récente chanson de Gilles Vigneault reprise par Diane Dufresne et Zachary Richard, et Rester debout de Richard Séguin pendant que les feux d'artifice explosaient. Le message est clair!

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer