Woodstock en Beauce, le festival qui ne voulait pas mourir

Au lendemain de ses 20 ans, tout indiquait que Woodstock allait disparaître.... (La Presse, André Pichette)

Agrandir

La Presse, André Pichette

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Au lendemain de ses 20 ans, tout indiquait que Woodstock allait disparaître. Mais la volonté des amateurs et des employés de garder l'événement vivant a été telle que le festival revient du 29 juin au 3 juillet avec Randy Bachman, Les Cowboys Fringants et Robert Charlebois comme têtes d'affiche. Preuve que le festival de Saint-Éphrem a repris son élan, la présentation de 2017 serait même assurée...

Quand nous l'avons joint, André Gagné, le propriétaire de Woodstock en Beauce, était en Afrique. C'est là, entre le Burkina Faso et le Mali, qu'il passe désormais le plus gros de son temps, à la tête de la société d'exploration aurifère Komet Ressources. Néanmoins, il demeure attaché à son événement. Aussi, bien qu'il semblait avoir tourné la page au lendemain de la 20e présentation, il n'a jamais vraiment jeté l'éponge.

«J'étais un peu tanné, concède-t-il. J'avais un de mes partenaires qui était fatigué; il était devenu grand-père, il voulait partir et je n'avais pas la même philosophie que les deux autres partenaires.»

Devant la mort annoncée du Woodstock beauceron, une pétition de plus de 4700 noms avait circulé dans le Web, réclamant la survie de l'événement qui a fait sa réputation avec ses cinq jours de «fun en paix». Les anciens employés ont repris les rênes et une présentation inattendue, plus modeste, a eu lieu l'été dernier, attirant plus de 1000 personnes, selon l'organisation. 

Entièrement canadien

De son côté, André Gagné s'est trouvé un nouvel associé et pilote l'événement à distance, avec sa petite équipe d'une demi-douzaine de personnes, qui est sur le terrain. Si sa grille de programmation se fait essentiellement canadienne cette année, il refuse de dire que Woodstock en Beauce, qui a déjà accueilli les Weezer, The Offspring, Creedence Clearwater Revisited et autres Lou Gramm, est moins ambitieux qu'avant. À ses yeux, l'ex-Guess Who et Bachman Turner Overdrive, Randy Bachman, est le plus gros nom que Saint-Éphrem aura jamais reçu. Il admet, en revanche, avoir réajusté le tir.

Randy Bachman... (Calianne Bachman) - image 2.0

Agrandir

Randy Bachman

Calianne Bachman

Woodstock en Beauce, qui avait toujours eu une belle affiche québécoise, mise désormais presque uniquement sur les talents d'ici. Cela, en partie en raison de la faiblesse du dollar canadien par rapport à la devise américaine, mais aussi parce que Woodstock a décidé de se distinguer.

«On a vu qu'à partir de 2008, le Festival d'été est devenu plus rock, que la Fête du lac des Nations [à Sherbrooke] est devenue plus rock, que le Rockfest a été lancé, donc tout le monde s'en va plus du côté rock. Nous, on a décidé qu'on serait plus québécois cette année. Et pour l'an prochain, on pense aller chercher des noms rap parce qu'on regarde pour rajeunir le public.»

Les Cowboys Fringants... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé) - image 3.0

Agrandir

Les Cowboys Fringants

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Outre Les Cowboys Fringants et Charlebois, Saint-Éphrem recevra notamment la visite de Galaxie, Bernard Adamus, Grimskunk, Mononc' Serge, Bob Bissonnette, Pépé, Leboeuf & Deschamps de même que Jah & I.

Le site a par ailleurs été réaménagé pour assurer une meilleure proximité pour les visiteurs et éviter de devoir s'étendre sur d'autres terres avoisinantes, que l'organisation devait louer. Gagné promet des camions-restaurants - qui, souligne-t-il, sont déjà présents depuis trois ans - et le retour de la tyrolienne devant la grande scène. 

«Maintenant, la grande scène est à côté de la Grange. Avant, le terrain était arrangé sur la longueur; maintenant, c'est plus sur la largeur. Ça va être un changement, c'est sûr, mais les gens vont être contents.»

Du même souffle, le grand manitou de Wood-stock souligne qu'il a déjà atteint son seuil de rentabilité et que le Wood-stock 2017 est pratiquement assuré.

Pour les billets journaliers (entre 25 $ et 35 $), les passeports vendus avec emplacements de camping et les détails de la programmation: ici.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer