Eliane Elias: la volupté du Brésil

Rieuse, sensuelle, Eliane Elias a joué la plus grande... (Daniel Azoulay)

Agrandir

Rieuse, sensuelle, Eliane Elias a joué la plus grande partie du spectacle en laissant courir ses pieds nus sur les pédales de son instrument.

Daniel Azoulay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Saint-Irénée) CRITIQUE / Eliane Elias a eu peu à faire pour charmer le public rassemblé au Domaine Forget dimanche après-midi. Sa voix suave et ses rythmes jazz et latins ont enveloppé la salle dans une étreinte à laquelle il était difficile de résister.

La pianiste et chanteuse brésilienne a la musique dans le sang. À 56 ans, elle rayonne, pleinement épanouie et entourée de musiciens qui sont des complices de longue date. Le contrebassiste et compositeur Marc Johnson, avec qui elle partage la scène - et sa vie - depuis une trentaine d'années, ainsi que le percussionniste Rafael Mendes Barata et le guitariste Rubens de La Corte l'accompagnent alors qu'elle-même prend place au piano, d'où elle mène le bal.

Saluant les spectateurs par quelques phrases en français, elle a lancé des éloges à la salle Françoys-Bernier et au Domaine Forget. «Nous jouons partout dans le monde et je peux vous dire que c'est une salle vraiment magnifique. Vous êtes chanceux», a-t-elle dit en anglais.

Rieuse, sensuelle, la belle a joué la plus grande partie du spectacle en laissant courir ses pieds nus sur les pédales de son instrument. Lorsqu'elle l'a délaissé quelques instants pour chanter debout et rouler des hanches le temps d'un couplet, elle a enfilé de vertigineux talons hauts à paillettes, qui mettaient en valeur ses jambes à faire rougir d'envie n'importe quelle nymphette.

C'est sa voix et ses notes, toutefois, qui ont séduit les mélomanes. La musique d'Eliane Elias est une musique de coeur, où la virtuosité se déploie en volutes sophistiquées et serties de velours.

Elle a enfilé les titres de son plus récent album Made in Brazil, qui lui a valu le Grammy Best Latin Jazz Album, en ponctuant le concert d'anecdotes sur Ary Barroso, Roberto Menescal et Antônio Carlos Jobim, des compositeurs brésiliens dont elle a repris les titres (avec ses propres arrangements).

Salves d'applaudissements

Plusieurs de ses compositions étaient aussi au programme. Le concert se déployait de manière organique, comme une seule et même pièce fougueuse et inspirée. Solos et improvisations suscitaient des salves d'applaudissements au milieu des pièces et, à l'issue du concert, les spectateurs se sont levés d'un seul mouvement pour saluer les musiciens.

Le spectacle d'Eliane Elias était présenté dimanche après-midi au Domaine Forget.

Le samedi 25 juin à 20h, ce sera au tour de Lorraine Desmarais de poursuivre la série jazz avec son big band et le spectacle Danses, danzas, dances.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer