Fills Monkey: entre les Foubrac et les Denis Drolet

Les deux batteurs utilisent plusieurs artifices dans leur... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Les deux batteurs utilisent plusieurs artifices dans leur Incredible Drum Show.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ian Bussières</p>

(Québec) CRITIQUE / Ils peuvent autant faire rire qu'impressionner par leur adresse derrière une batterie. Les Fills Monkey, qui présentaient jeudi leur spectacle de percussions humoristiques au Petit Champlain pour le festival ComediHa!, sont à la fois une bien drôle de bête et une bête bien drôle. 

À première vue, les Français rappellent deux duos célèbres de l'humour québécois : Les Foubrac, pour leur capacité de faire de la musique avec à peu près n'importe quel objet, et Les Denis Drolet, pour leurs personnalités uniques et la dynamique particulière qui se développe entre deux «personnages» à l'opposé l'un de l'autre.

Car il y a Yann Coste, le chevelu un peu foufou, et Sébastien Rambaud, le hipster plutôt «fendant», et les deux passent la soirée à se lancer des défis à la batterie et à se jouer de mauvais tours, créant des situations toujours plus loufoques.

Les deux lascars lancent la soirée chacun derrière leur batterie, démontrant qu'ils sont avant tout des musiciens chevronnés et rivalisant d'adresse en matraquant leurs fûts avec leurs baguettes. Puis Yann vient se cacher derrière Sébastien pour interpréter, à l'image de la déesse hindoue Kali, une pièce à quatre bras.

Et c'est par la suite que les défis commencent : pièce interprétée avec des raquettes de ping-pong, qui deviennent des raquettes de badminton, puis des raquettes de tennis. Les deux rigolos amènent ensuite les balles de tennis pour boucler la boucle et avec lesquelles ils interprètent «L'amour est un oiseau rebelle», de l'opéra Carmen de Bizet, puis Also Sprach Zarathustra de Richard Strauss en les faisant rebondir sur leurs tambours.

Les deux batteurs utilisent plusieurs artifices dans leur Incredible Drum Show. La lumière quand ils se produisent dans le noir avec des baguettes qui s'illuminent, et la synchronisation quand leurs mouvements se lient parfaitement à la sonorisation. 

C'est le cas lorsqu'ils se mettent au air drum sur des pièces comme Come Out and Play de The Offspring, Billie Jean de Michael Jackson, Hate to Say I Told You So des Hives ou Rockit de Herbie Hancock.

L'énergie contagieuse des deux gars ne tarde d'ailleurs pas à conquérir, et à faire participer le public. La mise en scène fort bien réussie du comédien français Gil Gaillot ne laisse en effet aucun temps mort de sorte qu'après la performance d'un peu plus d'une heure, les spectateurs en auraient pris encore.

Bref, à l'image du public montréalais, qui avait découvert les Fills Monkey en 2012 au Festival Juste pour rire et au Zoofest, le public de la capitale a aussi craqué pour ces deux percussionnistes déjantés qui font un tabac aux quatre coins du monde.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer