Musique au féminin: double couronnement

La chef Mei-Ann Chen fend l'air, habitée par... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

La chef Mei-Ann Chen fend l'air, habitée par une fougue hors du commun.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) CRITIQUE / Nous avons eu un double coup de coeur pour la chef Mei-Ann Chen et la pianiste Marika Bournaki, toutes deux invitées par l'Orchestre symphonique de Québec; deux femmes vives, pleines de caractère et complètement habitées par la musique.

Il fallait voir la chef d'orchestre fendre l'air, habitée par une fougue hors du commun, un large sourire aux lèvres, pendant toute la Symphonie no 4 en si bémol majeur de Beethoven. Si sa baguette avait été un pinceau, elle aurait exécuté une fresque explosive et remplie d'arabesques. La directrice musicale de l'Orchestre symphonique de Memphis et de la Sinfonietta de Chicago est une capitaine passionnée et passionnante à observer. L'orchestre était dans une forme resplendissante et l'a suivie, escalade puissante, fervente et lumineuse. 

La pianiste Marika Bournaki, gracile et fonceuse, est tout aussi fascinante. Elle a embrassé le Concerto pour piano en la mineur de Schumann avec délicatesse et vivacité, manoeuvrant les pédales du piano chaussée d'élégants talons aiguilles, le front plissé par la concentration, les yeux animés par un feu nourri. Dans cette pièce, le piano se faufile et se mêle au flot continu de l'orchestre, il soliloque sans bravade et participe pleinement à la broderie musicale. On attrape une mélodie d'une jolie tristesse dans l'Allegro affectuoso et une série de notes crépusculaires dans l'Intermezzo. Derrière le couvercle relevé du piano, la chef d'orchestre semblait tendre des notes aux musiciens.

Marika Bournaki a été chaudement applaudie et a interprété seule au piano La petite romance de Schumann (sauf erreur, puisque nous n'avons pu vérifier la chose), une pièce chargée de mélancolie et de beauté qui seyait tout à fait à son énergie.

Le concert s'est ouvert avec Ouverture en do de Fanny Mendelssohn, une mise en bouche étonnante, animée par de beaux contrastes. 

Le concert Musique au féminin de l'Orchestre symphonique de Québec était présenté mercredi soir au Palais Montcalm.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer