Yann Perreau retrouve la plume... et la fête

Avec son récent album Le fantastique des astres, Yann Perreau... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Avec son récent album Le fantastique des astres, Yann Perreau renoue avec une formule «plus festival, plus rock».

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Empruntant à Claude Péloquin, Yann Perreau a plus souvent chanté d'autres mots que les siens ces dernières années. En trio ou en solo, il a aussi davantage joué la carte intime. Lancé ce mois-ci, son nouvel album lui a non seulement donné l'occasion de renouer avec sa plume, mais aussi avec son chapeau de chanteur festif. De son propre aveu, il était dû...

«Je voulais revenir à ma formule plus festival, plus rock. Mes deux derniers shows étaient beaucoup plus intimistes. Je pense que j'ai donné! Ça fait du bien de revenir avec un show sportif, rassembleur, où on peut chanter, danser, avoir du fun!» lance l'auteur-compositeur-interprète, qui présentera les titres du tout récent Le fantastique des astres sur la scène de l'Impérial vendredi. 

Yann Perreau raconte avoir donné environ 70 représentations de la tournée qui a suivi la parution de l'album À genoux dans le désir, sur lequel il a mis en chanson des vers de Claude Péloquin. Il s'est aussi produit à une bonne cinquantaine de reprises en solo. «Je n'ai pas chômé», confirme celui qui a également bossé avec d'autres musiciens, à titre de metteur en scène ou en sa qualité de copropriétaire du studio Chenapan, à Montréal. C'est néanmoins avec une impression de retrouvailles qu'il attaque ce nouveau chapitre de sa carrière. 

«Je sens que j'ai à reconquérir un public que j'avais peut-être un peu perdu avec À genoux dans le désir. Je suis conscient de ça. J'ai fait un effort avec ce disque-là. Il est peut-être plus accessible», estime Perreau, qui, mine de rien, ne nous avait pas offert de chansons signées entièrement de sa plume depuis Un serpent sous les fleurs, en 2009.

«Dans le projet sur Péloquin, j'avais quand même travaillé beaucoup les textes, nuance-t-il. Même que Claude me demandait parfois si c'est lui qui avait écrit ça. J'avais beaucoup trafiqué, mais il reste que la source, c'était lui. J'avais chanté Miron aussi [dans le collectif Douze hommes rapaillés]... C'est bon d'interpréter d'autre monde et surtout des poètes de cette envergure-là. Ça vient chercher des profondeurs, quand même... Mais là, ça faisait du bien de rentrer dans mes affaires.» 

Dansant et sensible

Parmi les collaborateurs qui l'ont épaulé dans la création de ses nouvelles chansons, Yann Perreau a notamment convié Laurence Nerbonne, Inès Talbi et Pierre Kwenders, qui lui prêtent leur voix, et Yves Desrosiers, qui pose sa guitare sur l'extrait T'embellis ma vie. Le livret porte aussi le mystérieux nom de Tante Blanche, à qui Perreau donne le crédit de la réalisation et d'une collaboration à plusieurs musiques et arrangements. 

«C'est un solide gaillard qui m'a vraiment coaché, dirigé», explique le chanteur, qui protège à sa demande l'anonymat de son complice. «C'est un Québécois qui travaille beaucoup aux États-Unis, reprend-il. Il a travaillé avec le Cirque du Soleil, il travaille beaucoup avec Moment Factory. Il a fait des musiques de film, de pub, du design sonore, des ambiances... Il a réalisé des albums au début des années 2000, mais il était allé vivre aux États-Unis et là, il est revenu.»

Ce cinquième album de Yann Perreau se décline en deux pôles : une première moitié dense et dansante, la deuxième plus en douceur, plus personnelle. «Ça me permet de faire un show dynamique, résume le chanteur. C'est le fun de faire le party. Mais c'est aussi le fun à un moment donné de prendre un souffle, d'allumer des lighters, de se regarder et de s'émouvoir un peu. C'est ce que j'aime quand je vais voir un spectacle. Oui, fais-moi danser. Mais si tu me donnes des frissons pendant une couple de minutes, ça me fait du bien.»

Un deuxième Défi kayak

Yann Perreau au Défi kayak... (Photothèque Le Soleil) - image 3.0

Agrandir

Yann Perreau au Défi kayak

Photothèque Le Soleil

Du 18 au 21 août, Yann Perreau troquera une nouvelle fois le micro pour la pagaie à titre de porte-parole du Défi kayak, au profit de Jeunes musiciens du monde. Avec les participants inscrits (l'organisme vise l'implication de 250 sportifs), il parcourra sur le fleuve la distance entre Montréal et Québec. Séduit par l'expérience l'été dernier, le chanteur n'a pas hésité à se mouiller encore cette année. «C'est étonnant à quel point ça s'est bien fait. Mais je n'arrive pas là en me pétant les bretelles», précise celui qui s'entraînera deux ou trois fois par semaine d'ici au mois d'août pour affronter les quelque 65 kilomètres quotidiens qui seront attendus de lui pendant l'activité. «J'ai vraiment aimé l'ambiance, l'esprit d'équipe, les paysages, ajoute Perreau. Et c'est une cause que je connais, que j'aime, que j'endosse depuis 2005. C'est une belle source de motivation.» Des détails sur le Défi kayak et le formulaire d'inscription se trouvent en ligne au www.defikayak.org.

Vous voulez y aller?

Qui: Yann Perreau (Charlotte Cardin et Pandaléon en premières parties)

Quand: vendredi à 20h (ouverture des portes à 19h)

Où: Impérial

Billets: 15 $

Info: imperialbell.com ou 418 523-3131

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer