Les Trois Accords: du gros bonheur en prismacolor

Les Trois Accords étaient redoutablement en forme. On... (Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Les Trois Accords étaient redoutablement en forme. On ne pouvait pas dire qui, de la foule ou du groupe, communiquait le plus d'énergie à l'autre.

Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) CRITIQUE / Les Trois Accords ont livré un solide concert devant une salle comble samedi soir à L'Impérial. Déjanté et touchant, le quatuor a montré toutes les couleurs de son talent.

Fort de son cinquième album La joie d'être gai, qui chante les amours différentes et les soins corporels, le groupe livre des mélodies travaillées et des textes qui repoussent les limites de la métaphore avec une énergie et une aisance totalement réjouissante. 

Ils ont commencé en force avec Des dauphins et des licornes, une chanson étrangement émouvante malgré - ou peut-être à cause de - ses références kitsch. Un dauphin gonflable faisait du body surfing au parterre alors que le groupe s'exécutait devant des projections aux couleurs de l'arc-en-ciel. 

Sitôt la première chanson terminée, les Trois Accords ont chaudement remercié leur public et se sont dirigés vers les coulisses, pour laisser la foule les réclamer et exiger un rappel précoce. Ils ont repris le manège quelques fois entre les premières pièces, juste assez pour appuyer la blague sans lasser l'assistance. La manoeuvre a eu pour effet de lancer le spectacle dans l'ambiance d'un éternel rappel.

Simon Proulx, Alexandre Parr, Charles Dubreuil et Pierre-Luc Boisvert étaient redoutablement en forme et on ne pouvait pas dire qui, de la foule ou du groupe, communiquait le plus d'énergie à l'autre. 

On a eu droit à une joyeuse séquence de tambourin et bloc chinois pour Je me touche dans le parc et à une chorale - souriante, mais inaudible - formée de gens de Québec pour Tout nu sur la plage.

Les chorales spontanées sur les refrains bien connus d'Hawaïenne ou de Elle s'appelait Serge étaient drôlement plus efficaces. C'était d'ailleurs splendide, en fin de concert, de voir la foule entonner toute la chanson Saskatchewan menée par le quatuor qui s'était juché sur un des balcons.

Entre ces communions vocales, les Trois Accords ont livré une performance punk, grunge et joyeuse. Du gros bonheur en prismacolor.

Mariachis en première partie

En première partie (surprise!), trois mariachis ont pris la scène d'assaut pour entonner des chansons traditionnelles mexicaines. Le public s'est prêté au jeu, entonnant le refrain de Cielito lindo, tapant la mesure et criant des Viva Mexico! en dépit des interventions longuettes du leader. Ça s'est terminé dans la joie sur La Bamba.

Les Trois Accords s'arrêtaient à l'Impérial de Québec un soir seulement, mais une supplémentaire est prévue le 12 novembre. Ils poursuivent leur tournée à Fermont, à Sept-Îles et à Baie-Comeau cette semaine.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer