Y étiez-vous? Deep Purple au Grand Théâtre, 22 novembre 1996

Après de longues années d'attente, Deep Purple sera finalement intronisé au... (Archives Le Soleil)

Agrandir

Archives Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Après de longues années d'attente, Deep Purple sera finalement intronisé au Rock'n'Roll Hall of Fame (RNRHOF) le 8 avril. Mais à l'instar du parcours complexe et sinueux du groupe, cette intronisation est loin d'être simple.

Cela est dû, en bonne partie, au RNRHOF, qui décide quels membres de la formation seront ou non intronisés. L'institution a voulu, en premier lieu, saluer la mouture MK II, à laquelle on doit les In Rock, Machine Head et autres Perfect Strangers. Ceci laisse plusieurs des 14 membres de la grande famille Purple de côté, bien que le RNRHOF en ait ajouté certains, d'une manière qui semble arbitraire. Parmi les oubliés, le guitariste Steve Morse, qui a pris le relais de Blackmore depuis 1994 et qui se trouve à être, mine de rien, dans le quintette depuis plus longtemps que son doué prédécesseur.

Morse a joint Ian Gillan (voix), Jon Lord (claviers), Roger Glover (basse) et Ian Paice (batterie) alors que le groupe se relevait d'un profond creux de vague. Il a insufflé un vent de renouveau à partir de l'album Purpendicular (1996) et la troupe a dès lors repris son erre d'aller.

On a pu juger de cette métamorphose lorsque les gars se sont arrêtés en ville, en 1996. Signe que les musiciens devaient raffermir leurs liens avec le public, ils se produisaient pour la première fois en salle plutôt qu'en aréna, à Québec, ce qui était, néanmoins, un cadeau pour les fans : il y avait une proximité rare avec la bande et une qualité sonore impeccable.

Comme si Deep Purple avait voulu marquer les repères de son histoire, les rockeurs ont ouvert avec leur tout premier succès : la reprise de Hush. Peu à peu, on a pu constater l'apport de Morse. D'abord, une interaction sincère et soutenue avec Jon Lord : les dialogues orgue-guitare étaient remarquables. Ensuite, un choix de chansons rarement interprétées en spectacle ont fait leur apparition, qu'il s'agisse de Fireball, Pictures of Home ou du blues When a Blind Man Cries. Enfin, six nouvelles compositions se sont insérées, y compris en rappel, et toutes ont fait mouche ou presque, de la mordante Vavoom: Ted The Mechanic à la nuancée Sometimes I Feel Like Screaming, en passant par la groovy Rosa's Cantina.

Comme pour envoyer le signal que Deep Purple avait fortement changé, la pièce qui avait été le classique d'ouverture depuis des années, Highway Star, s'était retrouvée en toute fin de programme. Quant à l'incontournable Smoke on the Water, elle s'insérait au milieu du concert, comme n'importe quelle autre chanson... 

Ignoré au RNRHOF, Steve Morse? Nul doute que ça relève de l'injustice. Certes, il est arrivé avec un tout autre style que Ritchie Blackmore, or il a remis en marche un groupe qui avait besoin de se réinventer et qui n'y serait peut-être jamais parvenu sans lui. L'élan retrouvé demeure encore aujourd'hui, puisque Deep Purple n'a plus cessé de tourner sur une base annuelle et continue d'enregistrer - un nouvel album est en préparation. Et depuis ce concert de 1996, toutes les autres visites des rockeurs, en ville, ont été dans des lieux ayant une plus grande capacité d'accueil que le Grand Théâtre...

Y étiez-vous?

Venez réagir: houle.lesoleil.com

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer