Megadeth réglé au quart de tour

À 54 ans et sobre depuis plusieurs années, Dave... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

À 54 ans et sobre depuis plusieurs années, Dave Mustaine a démontré qu'il avait encore l'étoffe des grands guitaristes metal, rendant ses solos à la perfection sur sa fidèle Flying V.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ian Bussières</p>

(Québec) CRITIQUE / Groupe phare du metal, Megadeth a livré une performance réglée au quart de tour jeudi soir. Même si plusieurs sections du Centre Vidéotron avaient été fermées, Dave Mustaine et sa bande ont joué comme si le concert était à guichets fermés, au grand plaisir des milliers de fans présents.

Les pièces de l'album culte Rust in Peace composaient une bonne part du programme, avec Hangar 18 en ouverture et Holy Wars... The Punish-ment due au rappel. Lancé au début janvier, le nouvel album Dystopia était aussi à l'honneur, avec notamment la controversée The Threat Is Real, dénonçant le terrorisme avec des animations sur écran géant représentant des attaques sur une ville et une décapitation.

Bien sûr, les classiques comme À tout le monde, Peace Sells... But Who's Buying? et Symphony of Destruction, interprétées en toute fin de programme, demeurent encore celles qui font le plus réagir le plus la foule.

À 54 ans et sobre depuis plusieurs années, Mustaine a démontré qu'il avait encore l'étoffe des grands guitaristes metal, rendant ses solos à la perfection sur sa fidèle Flying V et développant une belle chimie avec le nouveau venu Kiko Loureiro, guitariste du groupe brésilien Angra, à qui il n'hésite pas à céder parfois le parquet.

Et même s'il laisse parfois échapper une petite toux entre deux pièces, la voix du rouquin est encore à point comme on le remarque bien sur des pièces comme Sweating Bullets. Parlant de Québec comme étant «l'une des villes les plus metal au monde», Mustaine n'a pas manqué non plus de rappeler au public qu'il n'avait pas hésité une seconde, l'an dernier, quand on lui a offert de jouer au Festival d'été de Québec. «On n'avait pas encore fait de spectacle tous ensemble, mais j'ai dit "Fuck, yes!" Ce n'est pas souvent que tu peux dire que tu débutes devant 80 000 personnes», a-t-il raconté.

Premières parties

Juste avant Megadeth, les gars de Children of Bodom ont su conquérir la foule avec leur power metal. Le chanteur, guitariste principal et maître à penser du groupe, Alexi Laiho, est un véritable virtuose de la guitare qui sait toujours trouver le juste dosage entre mélodie, vitesse et notes hurlantes. Le tout est fort bien agrémenté par les claviers de Janne Wirman.

Devant un écran géant sur lequel étaient projetées les lettres COBHC (pour Children of Bodom Hate Crew), les Finlandais ont proposé un programme de qualité avec des pièces pigées dans sept de leurs neuf albums.

Le bassiste Henkka Seppälä a agréablement surpris un peu tout le monde quand il a longuement présenté le classique Lake Bodom dans un français presque impeccable tout en rendant un bel hommage à Megadeth. «La première fois que j'ai joué le riff de Holy Wars, j'étais super content, et la première fois que j'ai joué le riff de Tornado of Souls, j'étais super, super content! Et là, on vient de jouer 30 concerts avec Megadeth et je suis vraiment super content!»

C'est Havok qui avait lancé les hostilités avec son thrash metal efficace, ultrarapide et hurlant. Il y avait malheureusement encore beaucoup de bancs vides pour la prestation d'une demi-heure du quatuor mené par le chanteur et guitariste David Sanchez, qui rappelle les groupes de la scène californienne de Venice comme Excel, Beowülf et Suicidal Tendencies.

Pas de Suicidal Tendencies

D'ailleurs, dommage que Suicidal Tendencies, qui a accompagné Megadeth presque tout le long de cette tournée, n'ait pas été présent jeudi. Le contrat des légendes du skate punk s'arrêtait avec le spectacle du 21 mars à Boston puisque Mike Muir et sa bande de «Cycos», qui inclut dorénavant l'ex-batteur de Slayer Dave Lombardo, devaient se rendre en Europe, où ils lanceront une série de spectacles en sol allemand le jour de Pâques.

Via Facebook, le groupe a d'ailleurs répondu à des fans en colère que jamais Suicidal Tendencies n'aurait dû être annoncé à Québec parce qu'ils n'étaient pas disponibles. Le promoteur evenko avait cependant au départ fait sa publicité pour le spectacle en annonçant la présence des interprètes de Possessed to Skate et You Can't Bring Me Down.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer