Megadeth revient à son point de départ

Megadeth trouve essentiel de jouer pour ses fans... (Courtoisie)

Agrandir

Megadeth trouve essentiel de jouer pour ses fans d'un peu partout dans le monde, même si Dave Mustaine avoue que la vie de tournée devient un peu plus inquiétante dans la foulée des attentats en Europe.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ian Bussières</p>

(Québec) Le spectacle que Megadeth présentera jeudi soir au Centre Vidéotron sera un peu spécial puisque le groupe reviendra alors dans la ville où il a en quelque sorte lancé sa tournée Dystopia. Il s'agira aussi du dernier spectacle avant une pause de plus d'un mois pour la troupe du chanteur et guitariste Dave Mustaine.

«J'ai de bons souvenirs de Québec. Ce spectacle [au Festival d'été] était vraiment particulier. Non seulement c'était devant 80 000 personnes, mais c'était en quelque sorte l'audition de Kiko [Loureiro, second guitariste]. On avait eu une répétition au Tennessee et ensuite, on jouait tous ensemble devant ces milliers de personnes», a d'ailleurs raconté Mustaine en entrevue téléphonique avec Le Soleil.

Quelques mois plus tard, le groupe complété par le bassiste original Dave Ellefson et le batteur Chris Adler est encore meilleur, jure Mustaine. «On aime se lancer des défis. On sait que les gens s'attendent à ce qu'on soit à point musicalement et c'est ce qu'on essaie de leur donner. Nos fans sont importants pour nous.»

Groupe international

D'ailleurs, Megadeth trouve essentiel de jouer pour ses fans d'un peu partout dans le monde, même s'il avoue que la vie de tournée devient un peu plus inquiétante dans la foulée des attentats au Bataclan de Paris et de ceux qui, cette semaine, ont frappé la Belgique.

«Ça fait un peu peur de voyager pour faire de la musique dans différents pays alors qu'on sait que plusieurs gens détestent les Américains. Nous, nous ne battons pas le pavillon du groupe américain, nous nous considérons plutôt comme un groupe international avec des fans partout dans le monde», poursuit le musicien qui a déjà présenté des spectacles au Moyen-Orient avec Megadeth.

«Il y a beaucoup de choses qui changent, un peu comme en Russie après qu'ils eurent enlevé le mur. Nous avons joué beaucoup à Dubai, en Turquie et aussi plusieurs fois à Tel-Aviv et on discute pour présenter d'autres spectacles là-bas. On nous a demandé pour jouer en Égypte mais, malheureusement, je crois que le climat là-bas n'est pas encore assez stable pour ça», poursuit-il.

Mustaine l'avoue, il a hâte que le calme revienne sur la carte politique mondiale. «Il se passe quelque chose à travers le monde, quelque chose qui doit être réglé», déclare-t-il avant de citer le politicien et philosophe irlandais Edmund Burke. «La seule chose nécessaire au triomphe du mal est l'inaction des hommes bons!»

Élection

Le leader de Megadeth dit d'ailleurs espérer que la prochaine élection américaine permette l'arrivée d'un président qui réussira à ramener plus de stabilité dans les relations internationales. Il refuse toutefois d'endosser un candidat ou même de dire lesquels l'attirent le plus.

«Tu sais, lors de la dernière campagne électorale, j'ai dit d'un candidat qu'il était un bon gars. J'ai dit ça, non pas à cause de son programme politique, mais parce que je suis un père de famille et que ce candidat avait abandonné sa campagne pour s'occuper de sa fille malade», explique Mustaine.

«Ce gars, c'était [l'ex-sénateur de Pennsylvanie] Rick Santorum. Et le lendemain, les médias se sont mis à écrire que Dave Mustaine avait endossé Rick Santorum alors que ce n'était pas le cas. C'était embarrassant et ça m'a causé toutes sortes de problèmes», poursuit-il afin de justifier son refus de dire qui, de Trump, Cruz, Kasich, Clinton ou Sanders il verrait occuper la Maison-Blanche.

Triste pour Scott Weiland

Dave Mustaine l'avoue, il a été très attristé par le décès de l'ex-chanteur des Stone Temple Pilots et de Velvet Revolver, Scott Weiland, en décembre. Surtout que celui qui est allé plus de 15 fois en clinique de désintoxication avait conseillé à Weiland, au début de sa carrière, de se tenir loin de l'héroïne.

«Je me souviens d'avoir entendu leur premier disque [Core, des Stone Temple Pilots] et je trouvais qu'ils étaient vraiment bons. Je voulais les amener en tournée avec nous mais mon gérant me disait que personne ne les aimait, qu'ils s'appelaient autrefois Mighty Joe Young et qu'ils venaient tout juste de changer leur nom», se souvient Mustaine, qui est sobre depuis plusieurs années.

«Malgré tout, je les ai amenés avec nous pour une partie de notre tournée Countdown to Extinction. Durant cette tournée, j'ai dit à Scotty: "Mon gars, tu as du talent et les gens vont te lancer du fric, toutes sortes de drogues et des filles. La chose importante est que tu te tiennes loin de l'héroïne"», poursuit-il, ajoutant que Weiland avait visiblement ignoré son conseil dans les dernières années de sa vie.

«De ce que j'en comprends, Scott a demandé de l'aide très souvent à différentes personnes et de différentes façons. Il n'avait pas encore repris le contrôle de sa vie, mais des gens voulaient le voir repartir en tournée rapidement. J'ai déjà été en désintox, alors je sais ce que c'est. C'est un peu comme Rob Pilatus des Milli Vanilli. Il était en désintox lui aussi, mais ils l'ont sorti de là et ils l'ont mis sur la route avant qu'il n'ait terminé. Et il est mort.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer