Duo Amal: réunis par la musique

Le Palestinien Bishara Haroni et l'Israélien Yaron Kohlberg... (Dan Safier)

Agrandir

Le Palestinien Bishara Haroni et l'Israélien Yaron Kohlberg assurent ne pas représenter leurs pays respectifs, malgré le conflit interminable dans cette région du globe.

Dan Safier

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Même s'ils ne se font pas les porte-étendards de leurs nations respectives, l'Israélien Yaron Kohlberg et le Palestinien Bishara Haroni apportent un peu de lumière et de beauté dans un conflit insoluble. Les deux pianistes forment le Duo Amal, qui signifie «espoir» en arabe, et qui viendra jouer pour la première fois au Canada à l'invitation du Club musical de Québec.

Q Vous vous êtes rencontrés lorsque vous étiez adolescents, pendant vos études de musique à la Jerusalem Academy. Pouviez-vous déjà deviner que vous formeriez un duo des années plus tard?

R Nous avions le même professeur, mais nous ne nous connaissions pas très bien à cette époque. Lorsqu'on m'a invité à jouer un concert pour la paix à Oslo en 2008 [pour l'ouverture du nouvel opéra] et j'ai eu l'idée d'inviter Bishara, parce qu'il est Palestinien et que je suis Israélien. 

Q Comment êtes-vous devenus amis?

R Nous sommes devenus des meilleurs amis, mais ça nous a pris du temps. On est passé à travers beaucoup de choses. Nos passés étaient différents et nos opinions sur pratiquement tout étaient différentes. Lorsque nous avons décidé de travailler ensemble, nous avons vécu dans le même immeuble à Berlin pendant deux ans, ça a été difficile au début, mais c'est ce qui rend le duo si fort maintenant. 

Q Abordez-vous des sujets politiques?

R Au début, on le faisait, mais après un bout de temps, nous avons décidé que nous voulions nous éloigner de ça le plus possible.

Q Sentez-vous que les gens ont des attentes, ou vous attribuent des idées et un discours, à cause de vos origines?

R Nous ne représentons pas un endroit, nous nous présentons nous-mêmes, avec notre histoire et notre amitié. Si les gens y voient un exemple, bien sûr nous sommes très heureux, mais nous n'en prenons pas la responsabilité. Nous sommes des pianistes de concert et je crois que c'est ce que nous faisons le mieux.

Q Comment décririez-vous vos deux caractères, sur scène et dans la vie?

R Sur scène, je suis très énergique et je me soucie beaucoup de la couleur et de l'émotion. Je suis comme ça dans la vie aussi. Bishara est très calme et délicat. Sur scène, il dose, il n'en met jamais trop et bien sûr c'est un excellent pianiste. C'est très facile de jouer avec quelqu'un comme lui. Dans la vie, il pense en dehors du cadre établi et il est très ouvert aux avis différents du sien.

Q À Québec, vous allez jouer dans un endroit assez inusité, la salle de bal d'un hôtel. Comment abordez-vous ce contexte particulier?

R Pour dire vrai, ce n'est pas si inusité pour nous! (rires) Nous avons l'habitude de jouer dans toutes sortes d'endroits qui ne sont pas nécessairement dédiés aux concerts. Nous voyons toutes les opportunités comme de belles expériences.

Q Vous avez opté pour un programme russe, avec la Symphonie no 1 en ré majeur de Prokofiev, Fantaisie pour deux pianos de Rachmaninov et Pétrouchka de Stravinsky. Qu'est-ce qui caractérise ces oeuvres pour vous?

R La pièce de Prokofiev a été adaptée par le compositeur japonais Rikuya Terashima. Elle est peu jouée, mais magnifique. C'est joyeux, léger. Celle de Rachmaninov a originellement été écrite pour deux pianos. C'est quatre mouvements qui parlent d'amour. C'est plus profond, avec davantage de passion, on utilise beaucoup les pédales. Pétrouchka est un ballet adapté par Stravinsky lui-même pour deux pianos qui demande beaucoup de virtuosité.

Q Jouez-vous également à quatre mains?

R Oui, mais nous préférons à deux pianos, car Bishara est grand et massif et le piano peut paraître un peu petit pour deux (rires). 

Q Comment envisagez-vous l'avenir du Duo Amal?

R Nous avons commencé à faire nos propres transcriptions, pas seulement de pièces classiques, mais aussi de folk et de musique populaire. Nous sommes ouverts à toutes sortes de projets.

=> Vous voulez y aller?

Qui: Duo Amal

Quand: jeudi à 20h

Où: la salle de bal du Château Frontenac

Billets: régulier 60 $, 20 $ pour les 30 ans et moins

Info: clubmusicaldequebec.com

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer