Fred Pellerin: rires et chuchotements

Entre le Fred qui fait rire et le... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Entre le Fred qui fait rire et le Fred qui commande une écoute presque religieuse, nous avons balancé sans avoir l'impression de grands décalages ni de rupture d'ambiance.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) CRITIQUE / Conteur exubérant et chanteur tout en douceur. Les registres sont bien différents, mais comme Fred Pellerin met autant de coeur dans l'un que dans l'autre, les réunir sur scène allait de soi. Et le public du Grand Théâtre y a enfin eu droit jeudi.

Fred Pellerin n'est pas doté de la plus grande voix de chanteur. Il avoue lui-même avoir fait des albums de «chuchotage» qu'il n'avait pas nécessairement envie de porter sur scène. Mais voilà, la demande y était et il faut croire que le goût lui est venu. S'il fait le décompte des représentations restant à sa tournée - on en était jeudi au soir 21 d'une série de 49 -, le conteur est indéniablement à sa place dans son rôle de chanteur. Surtout que ce spectacle bien construit et d'une grande chaleur est fait sur mesure pour lui. Des chansons douces, subtilement arrangées pour mettre sa voix en valeur. Et des présentations bien écrites, truffées d'images, qui laissent le conteur s'exprimer et le rire fuser.

Dès le départ, Pellerin a justement cédé le pas au conteur en lui. Question de mieux revendiquer son statut de musicien, il s'est lancé dans une rigolote description du pedigree musical du village qu'il a «dans la bouche», l'illustre Saint-Élie-de-Caxton. Changement de ton pour attaquer la pièce-titre de son troisième album, Plus tard qu'on pense, aussi précise que feutrée. Entre le Fred qui fait rire et le Fred qui commande une écoute presque religieuse, nous avons balancé jeudi, sans toutefois avoir l'impression de grands décalages ni de rupture d'ambiance. Notre homme projette une telle authenticité, ça coule de source.

Le conteur chantant (ou vice-versa) a confié une certaine fébrilité jeudi en annonçant à son public que la soirée était enregistrée. «On verra pas votre linge, c'est juste des micros», a-t-il lancé aux spectateurs hilares.

Entouré des multi-instrumentistes Jeannot Bournival, Daniel Lacoste et Alexis Dumais, Pellerin a saisi l'occasion de piger dans ses trois albums. Il a au passage rendu hommage aux paroliers à qui il a emprunté : de Tom Waits («tant qu'à piquer, tu piques dans de grosses piaules», a-t-il blagué) à Gilles Vigneault en passant par Manu Trudel et David Portelance, à qui il a servi tout un coup de chapeau avant de livrer la magnifique Tenir debout.

Les moments forts ont été nombreux. Parmi eux, notons l'enchaînement de Roland, pièce signée Manu Trudel, mais que pourrait revendiquer Gilles Vigneault, et du Grand cerf-volant de Vigneault lui-même. Ou celui de la magistrale Mère-chanson qui a terminé la première partie de percussive manière et d'une presque solennelle Mommy qui nous a accueillis au retour de l'entracte. Décidément, ce Fred a de la suite dans les idées.

Fred Pellerin s'est installé jusqu'à samedi dans un Grand Théâtre affichant complet. Sa prochaine escale à Québec l'amènera sur les plaines d'Abraham, où il «déposera les armes» de cette tournée musicale pendant une soirée carte blanche, le 14 juillet, au Festival d'été.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer