Le percussionniste Nana Vasconcelos s'éteint

Nana Vasconcelos était un maître des percussions brésiliennes,... (Archives Le Soleil)

Agrandir

Nana Vasconcelos était un maître des percussions brésiliennes, chanteur et joueur de berimbau, un instrument aux allures d'arc fixé à une calebasse.

Archives Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le percussionniste Nana Vasconcelos, que plusieurs ont découvert auprès du jazzman Pat Metheny, est décédé. L'artiste brésilien, détenteur de huit prix Grammy, s'est éteint à l'âge de 71 ans, victime d'un cancer des poumons.

Maître des percussions brésiliennes, chanteur et joueur de berimbau - cet instrument aux allures d'arc fixé à une calebasse -, Vasconcelos s'est illustré dans son pays natal, avant d'amorcer une carrière solo qui l'a mené autour du globe. Il a enregistré ou joué au côté de Jon Hassel, de Pat Metheny, d'Evelyn Glennie, de Miles Davis, de Jack DeJohnette, de Trilok Gurtu et de Jan Garbarek, entre autres. En plus de sa carrière solo et de ses collaborations, il avait formé le groupe de jazz Codona, où il oeuvrait avec Don Cherry et Collin Walcott, entre 1978 et 1982.

Plusieurs de ses pairs lui ont rendu hommage, dont Pat Metheny : «Quel incroyable musicien. Au fur et à mesure que je commençais à utiliser plus d'électricité dans la musique, je sentais que c'était important d'équilibrer ça avec des sons naturels, et Nana était capable d'offrir cela d'une manière parfaite; y compris de la façon dont il utilisait sa voix. Nana nous manquera vraiment.»

Durant la décennie 80, Vasconcelos s'est arrêté à Québec à au moins une demi-douzaine de reprises, avec des formations et dans des contextes différents. Jean Beauchesne, qui dit avoir découvert le hip-hop par l'entremise de Vasconcelos, était au Festival d'été lorsqu'il l'a programmé la première fois, en 1983. Il se souvient combien l'artiste, qui pouvait faire usage de percussions corporelles, avait fasciné le public.

«Il dégageait une aura particulière et il était très sympathique, indique-t-il. C'était un bon vivant, avec lui on riait beaucoup. Il y avait chez lui une simplicité désarmante, mais aussi une terrible efficacité. C'est pour ça qu'il a travaillé avec tellement de monde.»

Vasconcelos, qui a été sacré huit fois «meilleur percussionniste» du monde par le magazine américain Down Beat, est décédé dans la ville où il est né, à Recife, au Brésil.

Le gouverneur de l'État du Pernambouc, Paulo Câmara, a décrété trois jours de deuil officiel.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer