Club musical: la leçon de piano

Âgée de 71 ans, la pianiste de renommée... (La Presse, Olivier Pontbriand)

Agrandir

Âgée de 71 ans, la pianiste de renommée internationale Maria Joao Pires compte prendre une pause de ses 70 à 80 concerts par année pour se consacrer à son projet à vocation sociale Partitura.

La Presse, Olivier Pontbriand

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) CRITIQUE / Les pianistes Maria João Pires et Pavel Kolesnikov ont offert un récital où deux générations et quatre mains se partageaient le même clavier avec sensibilité et enthousiasme.

La carrière de la première, née au Portugal, a pris son essor dans les années 70, à Bruxelles. Le sibérien Pavel Kolesnikov l'a rejointe dans la ville belge en 2012 pour travailler à la Chapelle musicale Reine Élisabeth.

Ils ne sont pas maître et élève, mais plutôt deux musiciens à différentes étapes de leur carrière, qui partagent la scène et s'écoutent pour apprendre et atteindre cet état de grâce auquel aspirent tous les musiciens.

Ce concert est en fait le meilleur exemple qu'on puisse trouver du projet Partitura, lancé par Mme Pires pour développer l'altruisme entre les artistes de différentes générations, loin de l'habituelle compétitivité du monde musical.

Le programme présenté au Club musical s'ouvrait et se fermait par des oeuvres de Schubert écrites pour quatre mains : l'Allegro en la mineur et la Fantaisie en fa mineur. Dans la première, les mains - qui nous étaient bien visibles sur un grand écran au-dessus de la scène - engageaient un dialogue fiévreux, avec des segments fluides et des notes plus tranchantes, alors que dans la seconde elles s'accordaient parfaitement, allègres et agiles.

La pièce maîtresse du concert a été la Sonate pour piano no 32 en do mineur de Beethoven, magistralement interprétée par Mme Pires. Après un début échevelé, l'oeuvre pleine de souffle s'apaise, devient nostalgique, pensive, nerveuse, ingénieuse, on reste suspendu à son siège, alors que la pianiste esquisse un sourire, puis replonge, encore et encore.

Kolesnikov a joué Sept bagatelles pour piano, aussi de Beethoven. Des pièces aux motifs plus légers, qui jouent sur les répétitions, les variations et les contrastes, interprétées avec énergie sous l'oeil attentif de sa complice.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer