Monster Truck, le rock tatoué sur le coeur

Monster Truck sera mardi soir, au Cercle....

Agrandir

Monster Truck sera mardi soir, au Cercle.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Pour Monster Truck, le rock n'a jamais été aussi vivant qu'aujourd'hui. Et à en juger l'impact du récent Sittin' Heavy, qui a fait une entrée remarquée au sommet du palmarès iTunes canadien, la troupe n'est pas la seule à le penser

«Le rock'n'roll pourrait sauver ta vie/Il pourrait sauver ta vie ce soir», chante avec ses tripes Jon Harvey sur Why Are You Not Rocking? Cet hymne musclé, qui ouvre en trombe le deuxième album de Monster Truck, est livré sourire en coin. On frôle même la caricature, mais le guitariste Jeremy Widerman n'en a que faire.

«Toutes les choses qu'on aime à propos du rock'n'roll, on aime ça tellement que même si c'est caricatural pour certaines personnes, ça représente tout l'or du monde pour nous, alors ce n'est pas comme si nous faisions semblant. Nous croyons à cette musique et à maintenir ce qui est établi. Ce n'est pas de réinventer la roue, c'est juste de proposer notre version de ce qu'on aime le plus à propos du rock'n'roll et de le faire à notre façon. C'est tatoué sur notre coeur, alors c'est facile d'être authentique.»

Monster Truck - Don't Tell Me How To Live

Bien que le quatuor canadien aime le rock à l'ancienne, il s'efforce de ne pas toucher à une seule facette du genre. Les gars proposent donc des balades assaisonnées de blues (Black Forest), teintent parfois leur matériel de soul (Enjoy The Time), en plus de toucher à des pièces plus ambitieuses, comme Another Man's Shoes. Monster Truck se permet par ailleurs une aventure dans les terres du rock sudiste avec For The People, sorte de coup de chapeau à Lynyrd Skynyrd.

«Je voulais vraiment faire quelque chose de différent avec celle-là, précise Jeremy. C'était inspiré d'une chanson qui était sur notre premier EP et qui s'appelait Runnin'. J'adorais cette pièce, mais j'ai senti qu'elle était passée dans le beurre, parce que personne n'avait eu la chance de l'entendre. Alors on en a fait une meilleure version, avec davantage de voix et un rythme un peu plus rapide, en faisant écho à tout le southern rock qu'on aime.»

S'il élargit le spectre de son répertoire, Monster Truck ne perd nullement sa signature sonore dans l'équation. Le chant puissant de Jon Harvey y est pour quelque chose, tout comme les guitares grinçantes de Jeremy Widerman ou la batterie de Steve Kiely. Mais l'un des traits distinctifs du groupe réside assurément dans l'utilisation de l'orgue Hammond. Brandon Bliss s'y consacre presque exclusivement, quand il n'est pas au piano électrique. Cette configuration tend à jurer dans le paysage sonore de 2016, mais elle allait de soi pour les gars.

«Moi et notre chanteur, Jon, souhaitions mettre sur pied un groupe de stoner rock, suivant un peu les pistes de Grand Funk Railroad, explique Jeremy. Et quand on a eu le temps de le faire, qu'on est arrivé avec le nom du groupe et qu'on s'est mis à écrire les chansons, Jon m'a dit : "Si on est pour faire ça, on va avoir besoin d'un joueur d'orgue rock, dans la veine de Deep Purple." À l'époque, je ne connaissais pas tellement le rôle de l'orgue dans le rock et je ne réalisais pas à quel point c'était important. J'ai appris ça très rapidement et je connaissais un gars qui en jouait, Brandon, qui a joint notre groupe. Il m'a montré tous les trucs qui étaient bien dans les années 70 et on est partis de là.»

Maintenant qu'il a de nouvelles chansons en poche, Monster Truck part sillonner le globe. Et il ne chôme pas, comme en témoigne son agenda particulièrement chargé. Ces nombreux spectacles rapportent des dividendes : l'Europe et l'Angleterre s'intéressent de plus en plus au groupe. À travers ses ambitions internationales, les rockeurs ne négligent pas leur pays natal. Aussi reviendront-ils à Québec, ce soir, au Cercle. Ils ne sont d'ailleurs pas près d'oublier leur premier séjour en ville, en 2013, où ils avaient eu droit à la totale, sur la grande scène des plaines d'Abraham, en première partie de Guns N'Roses.

«Le plus gros concert que nous avons jamais donné était chez vous, au Festival d'été! Très cool! Encore à ce jour, c'est la plus grosse foule qu'on a jamais eue. On a hâte de revenir!»

Du hockey féminin qui rocke

Monster Truck n'est pas présent que sur les scènes. La troupe est également visible sur les patinoires. En effet, une équipe de hockey féminin pee-wee sévit, en Ontario, avec le logo du groupe : les Stoney Creek Sabres. «On voulait faire quelque chose pour s'impliquer dans la communauté et comme on est de grands fans de hockey, on s'est dit que commanditer une équipe de jeunes de hockey serait amusant et on a trouvé l'équipe parfaite de filles, qui est située dans ma ville natale, raconte Jeremy Widerman. Elles étaient excitées à l'idée d'avoir un groupe de rock qui commandite leur équipe. On leur a donné des chandails, de l'appui financier, ç'a été quelque chose de le fun pour tout le monde. Je suis allé à quelques parties et c'est vraiment génial!»

Vous voulez y aller?

  • Qui : Monster Truck avec The Temperance Movement
  • Quand : Ce soir, à 20h
  •  : Le Cercle
  • Billets : 30 $
  • Info : www.le-cercle.ca

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer