Le chef d'orchestre Nikolaus Harnoncourt s'éteint à 86 ans

Nikolaus Harnoncourt le rebelle ne se cantonnera jamais... (AP, Urs Flueeler)

Agrandir

Nikolaus Harnoncourt le rebelle ne se cantonnera jamais à un style, enregistrant le répertoire dans toute sa variété, jusqu'aux romantiques et à la musique du XXe siècle.

AP, Urs Flueeler

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
Vienne

Le célèbre chef d'orchestre autrichien Nikolaus Harnoncourt est mort à l'âge de 86 ans, samedi soir. La cause du décès n'a pas été précisée.

Le nom de Nikolaus Harnoncourt a longtemps été associé à la recherche d'une forme d'authenticité de la musique baroque. Il privilégiait les instruments d'époque. Il a notamment fondé le Concentus Musicus Wien en 1953.

Il est considéré comme l'un des grands chefs d'orchestre autrichiens de l'après-guerre aux côtés des Herbert von Karajan, Karl Boehm et Carlos Kleiber.

L'importance qu'il a toujours accordée au détail historique était légendaire. Pour lui, la musique devait être vivante et romantique et pas seulement une relique du passé.

Sa version de la Passion de Saint-Matthieu de Jean-Sébastien Bach lui avait permis d'obtenir un Grammy en 2001.

En décembre, Nikolaus Harnoncourt avait annoncé la fin de sa carrière de la même manière que celle qui a caractérisé son travail: avec style, mais sans fanfare.

«Cher public, a-t-il écrit le 5 décembre. Ma force physique m'ordonne d'annuler mes projets futurs.» Affirmant que la synergie entre son public et lui avaient mené à une «relation inhabituellement profonde», il avait fait ses adieux en huit lignes dans une lettre ouverte, simplement, élégamment et sans épanchement.

Sa femme, Alice Harnoncourt, a indiqué qu'il était mort «paisiblement, entouré de sa famille», dans le village de Sankt Georgen im Attergau, à l'ouest de Salzbourg.

Noblesse musicale

Né d'une lignée qui comprend certaines des plus importantes familles aristocratiques européennes, Nikolaus Harnoncourt faisait aussi partie de la noblesse musicale autrichienne.

Son intérêt pour les détails historiques était légendaire. Il distribuait souvent son propre matériel aux orchestres, ajoutant des signes d'expression pour indiquer comment créer des interprétations plus authentiques ou raffinées. Favorisant des instruments d'époque, des rythmes et des nuances abandonnés dans les performances modernes, Harnoncourt a commencé à se faire remarquer dans les années 1970 avec une série de performances acclamées, particulièrement de Monteverdi et de Mozart.

Il refusait de voir son travail comme une relique de l'histoire.

«J'ai toujours détesté le mot "authenticité" parce qu'il est si dangereux, a-t-il dit. La "musique de musée" ne m'intéresse pas. Je n'ai pas l'intention d'organiser des tours guidés pour visiter Louis XIV ou Jean-Sébastien Bach.»

Plusieurs musiciens classiques célèbres et politiciens autrichiens ont exprimé leur peine à l'annonce de son décès. Le président autrichien Heinz Fischer a déclaré que la mort de Nikolaus Harnoncourt représentait «une perte irremplaçable pour la vie musicale de l'Autriche et du monde».

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer