Gloria: du techno et du sacré

Au coeur d'une salle plongée dans la pénombre,... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Au coeur d'une salle plongée dans la pénombre, une structure faite d'écrans disposés de manière circulaire accueille jusqu'à 70 spectateurs, invités à s'asseoir au sol sur des coussins.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) CRITIQUE / Entre puissance et délicatesse, le 17e Mois Multi s'ouvre officiellement de belle manière avec Gloria, un concert immersif alliant avec doigté technologie et spiritualité, porté par la présence magnétique de la Montréalaise Mykalle Bielinski.

On entre dans l'univers de Gloria sur la pointe des pieds (de bas, précisons-le, puisque les spectateurs doivent laisser leurs chaussures à l'entrée). Au coeur d'une salle plongée dans la pénombre, une structure faite d'écrans disposés de manière circulaire accueille jusqu'à 70 spectateurs, invités à s'asseoir au sol sur des coussins. Au centre trônent un séquenceur et un micro. La magicienne qui maniera l'un et l'autre prendra quelques minutes pour arriver, laissant entretemps le public découvrir l'environnement sonore et des projections évoquant la nature et des civilisations en ruine. Mais on ne perd rien pour attendre...

Menue et gracieuse, Mykalle Bielinski impose le respect. Entre la musique, le théâtre et la poésie, son coeur balance. Elle allie les disciplines avec aplomb dans Gloria, mais là ne s'arrête pas le métissage. Ici, les airs spirituels puisés dans plusieurs langues, époques et pays prennent vie dans une facture électronique parfois enveloppante, parfois plus déroutante. On évoque la grandeur et le sacré dans ce qui a toutes les allures d'une chapelle techno... Mais qui inspire en même temps le calme et la sérénité. Généralement contemplatif, Gloria est un spectacle qui sait prendre son temps... Mais qui ne se prive pas par moments de décontenancer ou d'étourdir.

Passant de la musique au théâtre ou à... (Le Soleil, Erick Labbé) - image 2.0

Agrandir

Passant de la musique au théâtre ou à la poésie, Mykalle Bielinski allie les disciplines avec aplomb dans Gloria.

Le Soleil, Erick Labbé

Dans les vers qu'elle déclame - les siens, en n'hésitant pas à nous fixer dans le blanc des yeux - et ceux qu'elle chante, Mykalle Bielinski cultive aussi les contrastes. La voix souple, elle joue autant la douceur que la puissance. Par des boucles sonores préenregistrées, elle crée un effet polyphonique souvent aérien et harmonieux, parfois plus atypique. On songe parfois à Jorane ou au duo Milk & Bone... Mais avec une audace et une force d'évocation émotive qui nous semblent décuplées, sans doute par l'environnement visuel qui étreint le public de toute part et le fait que l'artiste elle-même s'exécute tout près, sans pudeur. 

Gloria est présenté mercredi à 20h (Mikalle Bielinski s'entretiendra avec les spectateurs après la représentation) et jeudi à 19h30 et à 21h, à la salle Multi du complexe Méduse. Avec au programme une quarantaine de projets artistiques multidisciplinaires ou électroniques, le Mois Multi se poursuivra jusqu'au 27 février. Détails et programmation complète au mmrectoverso.org.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer