Eric Clapton condamné pour le coffret de collection de Layla

Eric Clapton, que l'on voit ici en 2012... (Archives AP, Dave Allocca)

Agrandir

Eric Clapton, que l'on voit ici en 2012 lors d'un spectacle donné au Madison Square Garden, a été accusé d'avoir dénaturé un tableau du peintre Emile Frandsen.

Archives AP, Dave Allocca

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Paris

Le légendaire guitariste britannique Eric Clapton a été condamné jeudi à Paris à verser 15 000 euros (environ 23 000$) à la famille du peintre Emile Frandsen pour avoir «dénaturé» un tableau utilisé sur la pochette de l'album Layla en 1970.

Saisi par la famille du peintre français d'origine danoise, mort en 1969, le Tribunal de Paris reproche à Eric Clapton l'utilisation faite de ce tableau au moment de la sortie d'un coffret de collection en 2011 pour marquer le 40anniversaire du disque enregistré avec le groupe Derek and the Dominos, selon la décision de justice consultée par l'Agence France-Presse.

Pour ce coffret anniversaire, le guitariste et sa maison de disques Polydor ne se sont pas contentés, comme sur l'album original, de reproduire en couverture le tableau en question, intitulé La jeune fille au bouquet.

Ils avaient aussi présenté l'oeuvre en trois dimensions dans un pop-up et inclu un autocollant avec le tableau ainsi qu'une reproduction sur carton, souligne le tribunal, estimant qu'il «s'agit là d'une dénaturation manifeste de l'oeuvre d'Emile Frandsen».

Tableau donné

Le tableau a été donné à Eric Clapton à l'été 1970 par le propre fils du peintre, qui avait hébergé le groupe Derek and the Dominos à Valbonne (sud-est).

Clapton et son groupe avaient utilisé cette image colorée et douce pour illustrer l'album Layla and Other Assorted Love Songs sorti quelques mois plus tard.

Le tribunal a en revanche écarté les demandes de réparation concernant l'utilisation du tableau pour l'album original, estimant que la famille du peintre avait largement connaissance de l'existence de cette pochette et qu'il y avait prescription.

Me Antoine Gitton, avocat de la fille du peintre, a précisé que celle-ci ferait appel de cette décision, estimant que le tribunal aurait dû aller plus loin: «Le tribunal devait sanctionner la divulgation par Clapton et Polydor en 1970 d'un tableau sans le consentement de l'auteur», a-t-il dit.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer