Le Festival d'été renonce au «colosse d'aluminium»

L'imposante scène des plaines d'Abraham, construite par Unisson, faisait... (Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

L'imposante scène des plaines d'Abraham, construite par Unisson, faisait 256 pieds de largeur sur 90 pieds de hauteur et 88 pieds de profondeur.

Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Trois ans après l'avoir installée en grande pompe, le Festival d'été de Québec (FEQ) renonce à son imposante scène des plaines d'Abraham. Le Soleil a appris que l'organisation a fait appel à un nouveau fournisseur et qu'une structure un peu moins costaude que la précédente, mais répondant tout autant aux critères de l'industrie, serait érigée.

Luci Tremblay, porte-parole du FEQ, a confirmé qu'un changement aura lieu, sans toutefois ne vouloir donner davantage de détails. Elle s'est limitée à indiquer qu'une conférence de presse est prévue en ce sens.

Selon nos informations, le Festival se serait tourné vers le fournisseur Scène Scapin, à Montréal. La nouvelle scène n'aurait pas l'ampleur de celle construite par Unisson, qui faisait 256 pieds de largeur sur 90 pieds de hauteur et 88 pieds de profondeur. Elle se voudrait néanmoins très grande, plus que toute autre utilisée par le FEQ avant celle d'Unisson. Ce changement permettrait un montage plus rapide. On chercherait aussi à obtenir une meilleure étanchéité en cas de pluie.

Contrat non renouvelé

Le FEQ était lié à un contrat de trois ans, comportant deux années d'option avec Unisson Structures, qui avait conçu l'immense scène qu'on a pu voir ces trois dernières années. Les négociations auraient débuté en septembre et auraient achoppé en décembre.

«On ne s'est pas entendu au niveau du renouvellement», indique Olivier Jobin, d'Unisson. «Pour les deux parties, ce n'était plus intéressant, et ils ont décidé d'arrêter l'aventure avec nous. Dans les mêmes conditions, on ne voulait plus y retourner. Mais on est en bons termes avec le Festival. Il n'y a pas d'amertume. [...] Ça ne fonctionnait plus pour les deux parties. C'est un peu ce qui s'est passé.»

En trois ans, le «colosse d'aluminium», comme l'avait surnommé Le Soleil, avait accueilli des artistes comme The Rolling Stones, Bryan Adams, Stevie Wonder, Bruno Mars et Paul McCartney. Cette structure scénique pesant quelque 255 000 livres était réservée au Festival d'été et ne pouvait qu'être louée. Or depuis la fin de l'entente, Unisson a pu la mettre en vente sur le marché. Selon M. Jobin, la scène risque de se retrouver tôt ou tard chez nos voisins du sud.

«Sûrement que ça va aller à l'extérieur du pays, car le dollar américain est beaucoup plus fort que le dollar canadien. On a quelques clients potentiels qui regardent pour l'acheter. Ça va sûrement bouger, et on ira l'installer...»

M. Jobin ne cache pas sa déception, devant l'énergie et le temps investi dans ce projet. Il lance néanmoins que la «business continue», précisant que son entreprise a construit la passerelle - ce qu'on appelle en bon français le catwalk - pour le réputé défilé de lingerie de Victoria Secret, à New York, ainsi que des composants pour le Super Bowl. 

De son côté, le FEQ, qui a récemment annoncé que Sting et Peter Gabriel se chargeraient du concert d'ouverture, doit dévoiler sa programmation dans la deuxième moitié du mois de mars. Le Festival se tiendra du 7 au 17 juillet.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer