Les incontournables de l'hiver

En musique francophone, anglophone ou classique, en théâtre, en humour, en... (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) En musique francophone, anglophone ou classique, en théâtre, en humour, en danse ou en arts visuels, les propositions culturelles des prochains mois feront la part belle à nos artistes chouchous et laisseront place à de belles découvertes. L'équipe des arts a épluché l'offre et mis sous le projecteur les événements attendus de l'hiver

Muse, lors du spectacle au Colisée Pepsi, le... (Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche) - image 2.0

Agrandir

Muse, lors du spectacle au Colisée Pepsi, le 26 avril 2013.

Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche

MUSIQUE

Muse

Muse a toujours eu la cote à Québec. Pas étonnant que cette fois, le trio s'offre deux Centre Vidéotron. La bande de Matt Bellamy, bien connue pour en mettre plein la vue, se produira sur une scène circulaire. Et pour faire honneur à Drones, l'un de ses albums les plus solides à ce jour, attendez-vous à ce que des drones survolent la foule...

› Au Centre Vidéotron, les 18 et 23 janvier (complet le 23)

***

Charles Lloyd

Charles Lloyd, l'une des légendes vivantes du jazz, nous fait l'honneur de sa présence au Palais Montclam. Du haut de ses 77 ans, le vieux sorcier de la note bleue soufflera dans son saxo auprès d'une équipe de premier ordre, comprenant le guitariste Bill Frisell, le contrebassiste Reuben Rogers et le batteur Eric Harland.

› Au Palais Montcalm, le 4 février

***

Chilly Gonzales

Chilly Gonzales est un musicien et réalisateur polyvalent, qui a collaboré avec maints artistes, dont Feist et Peaches. Celui qui est né Jason Charles Beck a touché autant au hip-hop qu'au piano classique, en solo ou entouré d'un ensemble à corde. C'est dans ce rôle de pianiste qu'on pourra le voir à l'oeuvre à Québec, avec la dose d'humour qui le caractérise.

› Au Palais Montcalm, le 12 février

***

Lou Doillon

On a découvert l'univers musical de Lou Doillon, fille du cinéaste Jacques Doillon et de Jane Birkin, avec le très beau Places (2012). L'automne dernier, elle est revenue avec le non moins intéressant Lay Low, réalisé par Timber Timbre. Ce sont ces nouveaux titres qu'elle défendra sur scène.

› À la salle Albert-Rousseau, le 21 février

***

Steven Wilson

Chacune des visites de Steven Wilson, le prince du rock progressif, tend à être un événement. Cette fois, le prolifique musicien, qu'on a connu au sein de Porcupine Tree, viendra proposer les titres de son maxi 4, à paraître sous peu, en plus de proposer l'entièreté de son récent album Hand.Cannot.Erase.

› Au Grand Théâtre, le 29 février

***

The Sheepdogs

Vintage sans la moindre gêne, la troupe des Sheepdogs a lancé avec Future Nostalgia (2015) l'un de ses meilleurs albums. Les Canadiens originaires de Saskatoon, sous la houlette du chanteur et guitariste Ewan Currie, interpréteront leurs nouvelles chansons, baignées dans un rock évoquant les années 70.

› À l'Impérial, le 10 mars

***

Rihanna

À son premier passage à Québec, en 2007, Rihanna était une star en pleine ascension. Cette fois, c'est à une vedette au sommet de sa popularité que le public aura affaire. La chanteuse s'apprête à partir en tournée le mois prochain, ce qui devrait concorder avec la sortie de son huitième album studio, Anti.

› Au Centre Vidéotron, le 5 avril

***

St Germain

Ça faisait un bail qu'on avait entendu parler de St Germain, alias Ludovic Navarre. On pourra renouer avec lui et son nouveau projet, Real Blues, à l'Impérial. Cette fois, le père du fameux Tourist propose une immersion dans l'univers hypnotique de la world malienne, mâtinée de blues et, bien sûr, d'électro.

› À l'Impérial, le 5 avril

***

Justin Bieber

Il y a celles qui l'adorent et il y a ceux qui adorent le détester. Chose certaine, Justin Bieber ne laisse personne indifférent. La jeune vedette canadienne s'amène à Québec pour y faire son tout premier spectacle. Ce ne sera toutefois pas avec sa petite image proprette que le chanteur débarquera, mais avec son album Purpose, qui témoigne qu'il a franchi le cap des 21 ans...

› Au Centre Vidéotron, le 14 mai

***

ZAZ

L'ironie du sort a voulu que la chanteuse française ZAZ lance un album en hommage à Paris quelques semaines avant les attentats de Charlie Hebdo et un an presque jour pour jour avant ceux du 13 novembre. Elle l'a avoué en entrevue, sa collection de reprises jazzées et hop la vie a pris une autre résonance depuis l'an dernier. À son dernier passage dans la capitale, en 2013, celle qui a été surnommée «la petite Piaf» avait souligné la fête nationale de son pays dans une place D'Youville bondée. La voilà de retour en salle avec une envie de fêter qui ne semble pas s'être atténuée.

› Au Grand Théâtre, le 26 février

***

Francis Cabrel

La dernière fois qu'il nous a rendu visite, Francis Cabrel s'était offert un tête-à-tête avec le public de la capitale. Voici qu'il nous revient avec ses complices et les nouvelles chansons de son album In extremis, lancé au printemps dernier. Signe que le lien entre le chanteur d'Astaffort et son public québécois est toujours solide, les trois rendez-vous printaniers qu'il a fixés affichent complet... Une nouvelle rencontre est toutefois déjà prévue pour l'automne prochain.

› Au Grand Théâtre, du 28 au 30 avril et le 29 septembre

***

Fred Pellerin

Chanteur sur disque, conteur sur scène. Fred Pellerin a habitué son public à cette dynamique depuis plusieurs années. L'année 2016 lui donnera toutefois l'occasion de déroger à ses habitudes. Pour la première fois, l'ambassadeur de Saint-Élie-de-Caxton assumera pleinement son rôle de chanteur sur les planches, dans un concert échafaudé autour des pièces de son troisième album solo, Plus tard qu'on pense, lancé fin 2014 et doublement récompensé au dernier gala de l'ADISQ.

› Au Grand Théâtre, du 17 au 19 mars

***

Bernard Adamus

Un univers chansonnier mordant, un pouvoir d'évocation certain, des complices de scènes à l'énergie contagieuse (difficile de résister à leurs charmes cuivrés) et un indéniable don pour faire lever le party. On s'ennuie rarement avec Bernard Adamus, qui a plutôt habitué ses fans à des rendez-vous survoltés. Gageons qu'il ne réduira pas la cadence en trimballant sur les routes les pièces du réjouissant Sorel Soviet So What, lancé au printemps par un auteur-compositeur-interprète qui a indéniablement retrouvé le sourire.

› À l'Impérial, le 18 mars

***

Les Trois Accords

L'automne dernier, Les Trois Accords ont élargi leur palette de couleurs avec un disque né sous le drapeau arc-en-ciel et ancré dans le rock alternatif des années 90. Bref, Simon Proulx et sa bande donnent maintenant dans le «grunge gai», selon la description du chanteur. Avec un titre d'album comme Joie d'être gai, le nouveau spectacle du singulier groupe de Drummondville ne risque pas d'être morne.

› À l'Impérial, le 16 avril

***

Les soeurs Boulay

Mélanie et Stéphanie Boulay sont des soeurs fusionnelles et elles l'assument. Leur complicité s'entend sur disque et se déploie avec une charmante évidence sur les planches. Après s'être offert une virée en Inde (c'est de là qu'elles ont souhaité la bonne année à leurs fans), Les soeur Boulay reprendront la route au Québec pour faire vivre sur scène les pièces qu'elles ont couchées sur 4488 de l'Amour, un deuxième album qui n'a pas déçu les attentes.

› Au Grand Théâtre, les 13 et 14 avril

***

Catherine Major

Chanteuse inspirée et pianiste intense - il faut la voir attaquer son instrument ou faire corps avec lui -, Catherine Major n'a pas l'habitude d'aborder tièdement les planches. Elle aura deux occasions de le réitérer dans la capitale dans les prochains mois. Avec la troupe des Fioritudes (Marie-Pierre Arthur, Ian Kelly, Alexandre Désilets et Antoine Gratton), elle interprétera dans un premier temps les pièces du dernier album de Serge Fiori. Elle reviendra ensuite avec ses propres chansons, dont celles gravées sur son disque La maison du monde, paru cet automne.

› Au Grand Théâtre, le 6 février et le 9 avril

***

Alina Ibragimova

Pour ses débuts à Québec, la violoniste russe Alina Ibragimova se présente seule sur scène, comme elle l'a fait l'été dernier, au Royal Albert Hall de Londres, devant une foule de quelques milliers de spectateurs conquis. La jeune invitée du Club musical a déjà huit disques sous étiquette Hyperion à son actif dont une interprétation remarquée des sonates d'Eugène Ysae. La troisième de ces sonates figure d'ailleurs au programme aux côtés d'oeuvres de Von Biber (Passacaille en sol mineur), de J.S. Bach (Partita no 2 en ré mineur) et de Bartók (Sonate, Sz. 117).

› Au Palais Montcalm, le 5 février

***

Bernard Labadie

Le concert marquant le retour en santé de Bernard Labadie, les 10 et 11 février, dans le Requiem et la Messe en do mineur de Mozart, affiche déjà complet. Vous n'avez pas votre billet? Sachez que le chef sera de retour à la tête des Violons du Roy et de la Chapelle de Québec dans la Passion selon saint Matthieu de J.S. Bach, en mars, et qu'il reste encore quelques places.

› Au Palais Montcalm, les 9 et 10 mars

***

Andreas Staier

Figure de proue du clavecin et du pianoforte, l'Allemand Andreas Staier se joint à l'Orchestre symphonique de Québec pour interpréter le Concerto no 17 de Mozart. Fait à noter, et bien que les instruments d'époque soient au coeur de sa démarche artistique, le musicien exécutera l'oeuvre sur un piano moderne. Le programme dirigé par Fabien Gabel comprend aussi la Symphonie no 32 de Mozart et la charmante No 1 de Georges Bizet.

› Au Palais Montcalm, le 16 mars

***

La Bohème

En confiant à Marianne Fiset le rôle de Mimi et à Hélène Guilmette celui de Musetta, l'Opéra de Québec nous donne enfin l'occasion de voir et d'entendre deux remarquables sopranos originaires de la région. Hugo Laporte (Schaunard) et Robert Huard (Benoît/Alcindoro) font également partie de la distribution de cette nouvelle Bohème de Puccini. Jacques Leblanc signe la mise en scène. Le nom des interprètes de Rodolfo et de Marcello demeure pour l'instant inconnu.

› Au Grand Théâtre, les 14, 17, 19 et 20 mai

***

Antoine Bertrand et Luc Guérin dans Intouchables... (Photo François Laplante-Delagrave, fournie par le Rideau Vert) - image 3.0

Agrandir

Antoine Bertrand et Luc Guérin dans Intouchables

Photo François Laplante-Delagrave, fournie par le Rideau Vert

THÉÂTRE

Intouchables

Les prouesses d'acteur d'Antoine Bertrand ont maintes fois été soulignées lors des représentations montréalaises de cette comédie inspirée du film Intouchables, racontant la naissance d'une amitié improbable entre un riche tétraplégique et son aide-soignant. Bertrand donne notamment la réplique à Luc Guérin dans cette adaptation québécoise signée Emmanuel Reichenbach et mise en scène par René Richard Cyr.

› À la salle Albert-Rousseau, du 22 au 24 février

***

Lapin Lapin

Chez la famille Lapin, tout semble baigner dans l'huile alors que le chaos frappe à la porte. Qu'à cela ne tienne, c'est semble-t-il dans l'épreuve qu'on teste la solidarité dans cette pièce de Coline Serreau (La crise, Trois hommes et un couffin), mise en scène par Martin Genest, qui a récemment mis sa griffe sur Joyà, le spectacle permanent du Cirque du Soleil à la Riviera Maya au Mexique.

› Au Théâtre du Trident, du 1er au 26 mars

***

Qui a peur de Virginia Woolf?

Parmi les pièces maîtresses de l'oeuvre du dramaturge américain Edward Albee, dans une traduction française signée Michel Tremblay, Qui a peur de Virginia Woolf? nous amène en pleine scène de ménage, alors qu'un couple en prend un plus jeune à témoin dans un cruel jeu de pouvoir. Mise en scène de Hugues Frenette, avec Normand Bissonnette, Lorraine Côté, Élodie Grenier et André Robillard.

› À La Bordée, du 12 avril au 7 mai

***

Fendre les lacs

Dans cette récente création de Steve Gagnon, dont une première lecture a été présentée pendant le Carrefour international de théâtre l'an dernier, huit personnages se croisent dans une communauté recluse, en quête d'une issue. Marie-Josée Bastien, Pierre-Luc Brillant et Véronique Côté sont notamment de la distribution.

› Au Périscope, du 12 au 30 avril

***

Mme G.

Tenancière d'un bar clandestin accueillant les fêtards une fois les débits de boisson légaux fermés, Thérèse Drago fait partie de la légende de la vie nocturne de la capitale. Sous la plume de Maxime Beauregard-Martin, mettant notamment en vedette Marie-Ginette Guay et dans une mise en scène de Maryse Lapierre, Mme G. nous convie dans un théâtre-documentaire sur les traces d'un personnage plus grand que nature du quartier Montcalm.

› À Premier Acte, du 12 au 30 avril

***

Le spectacle Monumental de la troupe The Holy... - image 4.0

Agrandir

Le spectacle Monumental de la troupe The Holy Body Tattoo

DANSE

The Holy Body Tattoo

La troupe de Vancouver montera sur scène accompagnée des huit musiciens montréalais de Godspeed You! Black Emperor pour le spectacle Monumental. Les chorégraphes Noam Gagnon et Dana Gingras proposent leur vision de l'être humain confronté au rythme effréné du monde d'aujourd'hui dans une danse explosive où les neuf interprètes sont juchés sur des socles. La dernière visite de la compagnie à Québec remonte à 2008.

› Au Grand Théâtre, le 15 avril

***

São Paulo Companhia de Dança

Comme on le disait lors du lancement de la saison au printemps dernier, on compte les dodos qui nous séparent du spectacle de la São Paulo Companhia de Dança et dans lequel on pourra voir une création d'Édouard Lock, fondateur de la défunte compagnie La La La Human Steps. Il nous offre sa relecture des Quatre saisons de Vivaldi dans The Seasons. Le spectacle de la compagnie du Brésil comprend également la chorégraphie Mamihlapinatapai du Brésilien Jomar Mesquita et Gnawa de l'Espagnol Nacho Duato. En regardant les extraits des pièces, un seul mot nous vient en tête: intensité.

› Au Grand Théâtre, le 26 avril

***

Alexandre Barrette... (Photo Michel Grenier) - image 5.0

Agrandir

Alexandre Barrette

Photo Michel Grenier

HUMOUR

Alexandre Barrette

Très connu du grand public pour son animation de l'émission Taxi payant, l'humoriste originaire de Québec est de retour avec son deuxième one-man-show dans lequel il s'attribue l'étiquette d'«Imparfait». Comme plusieurs de sa génération, Barrette admet sa tendance à zapper rapidement certains aspects de sa vie quand ils ne lui conviennent plus. Mais il s'est quelque peu assagi dernièrement réalisant que la perfection n'est pas de ce monde!

› À la salle Albert-Rousseau, les 25 et 26 janvier

***

Phil Roy

Pas de doute, Phil Roy est une vedette montante. Depuis sa participation à l'émission SNL Québec, aux côtés entre autres de Katherine Levac, il est partout. C'est en mars que nous pourrons voir comment ce diplômé de l'École nationale de l'humour se débrouille seul sur scène lors du rodage de son premier one-man-show. L'intérêt du public se fait déjà sentir puisque plusieurs dates affichent complet.

› Au Théâtre Petit Champlain, en mars, en avril et en mai

***

Raphaëlle de Groot, Rencontres au sommet, vue de... (Photo Rod Leland) - image 6.0

Agrandir

Raphaëlle de Groot, Rencontres au sommet, vue de l'installation à la Southern Alberta Art Gallery, Lethbridge, 2014

Photo Rod Leland

MUSÉES

Rencontres au sommet

Raphaëlle de Groot termine logiquement au Musée national des beaux-arts son projet Rencontres au sommet. L'artiste montréalaise avait entrepris ce cycle de création en 2009 au Lieu, puis à La chambre blanche (2011), à Québec. À ce moment, l'artiste a demandé à des gens de lui faire don d'objets personnels qui avaient perdu leur utilité. En échange, elle promettait de les conserver et de s'en occuper: cet échange devenait l'objet de la création. La collection s'est depuis élargie et son installation finale mime les rencontres de hauts dirigeants.

› Au Musée national des beaux-arts du Québec, du 4 février au 17 avril

***

Nanotechnologies: L'invisible révolution

Les nanotechnologies font maintenant partie de notre quotidien, des appareils électroniques aux cosmétiques, en passant par les traitements médicaux. On en sait pourtant très peu sur ces technologies de l'infiniment petit. L'enthousiasme initial a un peu cédé la place à une certaine méfiance. Le Musée de la civilisation propose donc une exposition qui se veut autant un exercice de vulgarisation qu'un espace de réflexion sur les enjeux actuels - santé, environnement et éthique - liés aux nanosciences. Une bonne initiative.

› Au Musée de la civilisation, du 9 mars 2016 au 2 avril 2017

***

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer