P-A Méthot: Party 80, repousser les limites de la nostalgie

Humour, musique et nostalgie ont fait bon ménage... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Humour, musique et nostalgie ont fait bon ménage lors de cette soirée animée par P-A Méthot devant 7700 spectateurs au Centre Vidéotron.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) CRITIQUE / Arc-en-ciel fluo, paillettes, cheveux gaufrés, vêtements d'aérobie, plusieurs spectateurs avaient mis le paquet pour le Party 80 organisé par l'humoriste P-A Méthot au Centre Vidéotron. Ils étaient 7700 à carburer à l'humour et à la nostalgie, entre les chansons des BB et de Martine St-Clair.

Le Party 80 : Back to the Coiffure redéfinit les limites du spectacle nostalgique, transportant le quétaine en matière de party et ajoutant aux chansons des numéros d'humour et des références cinématographiques, le tout saupoudré de référents populaires.

Le spectacle avait déjà été présenté en mai au Centre Bell. Men Without Hats, The Box, les BB, Jean-Claude Gélinas (Réjean de Terrebonne), Peter MacLeod, François Massicotte... Même liste d'invités, à l'exception de Dominic Paquet, qui a dû se désister à la dernière minute. Philippe Bond et Julien Tremblay faisaient toutefois partie du programme.

Le premier a voyagé entre la Beauce et La guerre des clans, vêtu d'un costume à la Miami Vice. Julien Tremblay a fait des allers-retours entre le passé et le présent enrobés dans un curieux mélange de guitare, de voix d'outre-tombe et de pas de côté. Il a visé dans le mile en jouant les chansons de Goldorak et des Cités d'or, sitôt reprises en coeur par la foule, puis en chantant l'épique The Time of my Life, en duo avec P-A Méthot.

Celui-ci a ouvert le spectacle en arborant un chandail des Nordiques serti de paillettes et du numéro 80 et revenait à intervalles réguliers pour parler de Mickey dans Rocky III, de Samantha Fox et de la Gaspésie des années 80.

Entouré de musiciens en culottes serrées et à perruques, il a aussi livré quelques chansons, à commencer par Highway to Hell et Live is Life,en passant par Livin' on a Prayer. L'excitation montait d'un cran lorsque les vraies vedettes du temps montaient sur scène. Patrick Bourgeois, des BB, avait ressorti son blouson jaune et Ivan Doroschuk, son veston scintillant.

MacLeod en forme, St-Clair énergique

Peter MacLeod était au-dessus de sa moyenne. Visiblement inspiré par les années 80, il a raconté ses péripéties de VHS pornographiques et l'évolution de la pilosité féminine. C'était bien tourné, malgré quelques passages crus. Ça semblait presque doux après le numéro de P-A Méthot sur l'actrice porno naine Bridget Powers.

François Massicotte, qui avait pigé le dernier dans le bac à costumes, a livré une série de gags un peu décousus en short blanc et en gilet bedaine sur le thème de «tout a changé».

Le tout s'est terminé par une prestation énergique de Martine St-Clair, chaudement accueillie pour un pot-pourri de chansons de Madonna, de Boy George et de Prince et, pour finir, par Ce soir l'amour est dans tes yeux, accueillie par une marée de lumières de téléphones... et quelques lueurs de briquets.

Le spectacle était présenté une seule fois, samedi soir, au Centre Vidéotron.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer