Festival d'été: Le Cercle s'en va, l'Anti s'amène

Le porte-parole du Cercle n'a pas voulu en... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Le porte-parole du Cercle n'a pas voulu en dire davantage sur les raisons du retrait, se contentant d'affirmer que les termes du contrat proposé par le FEQ «ne conviennent plus aux orientations du projet du Cercle».

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ian Bussières</p>

(Québec) Le restaurant, bar et salle de spectacles Le Cercle met fin à son association de six ans avec le Festival d'été de Québec (FEQ), qui se tourne vers le bar-spectacles l'Anti pour compléter son réseau de salles pour l'édition 2016.

«Nous avons fait à l'Anti la même offre qu'au Cercle, et ils ont dit oui. Nous sommes très heureux, car, pour nous, il était important de demeurer dans Saint-Roch. Mais, en même temps, nous sommes tristes de perdre Le Cercle, qui était une très belle salle», explique Luci Tremblay, porte-parole du Festival. 

Appartenant à Jay Manek, propriétaire de la boutique Exo, et au producteur de spectacles Karl-Emmanuel Picard, l'Anti s'est installé en juillet dans les locaux autrefois occupés par le bar-coop l'AgitÉe, rue Dorchester.

Entente particulière

Ce sont les nouveaux termes du contrat proposé par le Festival d'été qui ont mené Le Cercle à quitter le navire. «Depuis toujours, Le Cercle avait droit à une entente particulière contrairement aux autres salles avec lesquelles nous faisons affaire», explique Luci Tremblay.

En bref, le Festival payait la programmation, la production et le service de traiteur des artistes qui se produisaient au Cercle durant le Festival alors que les autres salles faisaient leur propre programmation, leur propre production et recevaient une partie des revenus. 

«Nous voulions que l'entente soit la même pour tout le monde, surtout que nous sommes maintenant propriétaires de l'Impérial et du District Saint-Joseph, mais ils ont refusé», résume Luci Tremblay.

Pas d'animosité

Au Cercle, le porte-parole Édouard Garneau n'a pas voulu en dire davantage sur les raisons du retrait. «Les termes du contrat proposé cette année par le FEQ en matière de production ne conviennent plus aux orientations du projet du Cercle», a-t-il déclaré par voie de communiqué. L'établissement avait étudié l'offre du Cercle depuis le mois d'août.

«Il n'y a aucune animosité entre nous et le FEQ, nous avons encore de bonnes relations avec eux», insiste M. Garneau en entrevue avec Le Soleil, ajoutant toutefois que Le Cercle n'avait pas l'intention de demeurer inactif durant la période de 7 au 17 juillet 2016, alors que la capitale vibrera au rythme du FEQ. 

«C'est certain qu'on présentera des spectacles pendant cette période. Nous sommes d'ailleurs à la recherche de partenaires», a-t-il poursuivi, laissant entendre qu'il n'était pas impossible que Le Cercle passe un coup de fil au Festival Off de Québec, qui a toujours lieu en même temps que le FEQ et touche le même créneau musical que la salle de la rue Saint-Joseph.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer