Exclusif

Le Diamant se dévoile

  • «On a voulu un projet moderne, flamboyant, mais qui soit en harmonie avec nos voisins comme le Capitole», a dit le metteur en scène et directeur artistique d'Ex Machina, Robert Lepage. (Fournie par Ex Machina)

    Plein écran

    «On a voulu un projet moderne, flamboyant, mais qui soit en harmonie avec nos voisins comme le Capitole», a dit le metteur en scène et directeur artistique d'Ex Machina, Robert Lepage.

    Fournie par Ex Machina

  • 1 / 9
  •  (Fournie par Ex Machina)

    Plein écran

    Fournie par Ex Machina

  • 2 / 9
  •  (Fournie par Ex Machina)

    Plein écran

    Fournie par Ex Machina

  • 3 / 9
  •  (Fournie par Ex Machina)

    Plein écran

    Fournie par Ex Machina

  • 4 / 9
  •  (Fournie par Ex Machina)

    Plein écran

    Fournie par Ex Machina

  • 5 / 9
  •  (Fournie par Ex Machina)

    Plein écran

    Fournie par Ex Machina

  • 6 / 9
  •  (Fournie par Ex Machina)

    Plein écran

    Fournie par Ex Machina

  • 7 / 9
  •  (Fournie par Ex Machina)

    Plein écran

    Fournie par Ex Machina

  • 8 / 9
  •  (Fournie par Ex Machina)

    Plein écran

    Fournie par Ex Machina

  • 9 / 9

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) On sait enfin de quoi aura l'air le théâtre Le Diamant. Les maquettes dévoilées mercredi montrent que la salle de 600 places de la compagnie de Robert Lepage, Ex Machina, sera construite en conservant la façade de l'ancien YMCA de place D'Youville à laquelle sera annexée une aile moderne faite de verre. «Un écrin pour un diamant», a illustré le célèbre metteur en scène. Survol en cinq points de ce projet de 54 millions $.

La façade conservée

Ce qui frappe à la vue des images du futur théâtre Le Diamant est la continuité avec l'ancien YMCA malgré l'ajout d'un véritable «diamant» de verre aux tons dorés. Le concept du consortium coarchitecture/in situ/Jacques Plante architecte et BPR/Tetra Tech inc. ing, choisi parmi 17 candidatures, se distingue en effet par la préservation de la façade de style Second empire conçue par l'architecte Joseph-Ferdinand Peachy en 1879. Pendant le vaste chantier qui s'amorcera vraisemblablement à l'automne 2016, la façade sera maintenue debout. «Elle ne sera pas démontée et remontée. On va couler un voile de béton à l'intérieur, ce qui va permettre de tenir la façade, les joints seront d'origine», a expliqué Marie-Chantal Croft, architecte associée chez coarchitecture.

«Bon voisinage»

Construire un nouveau théâtre à place D'Youville n'est pas banal, cette place névralgique aux portes du Vieux-Québec étant déjà bien garnie en salles de spectacles. «Le carré D'Youville a été longtemps le petit carrefour du show-business à Québec. On a voulu rendre hommage à ça, s'insérer, sans trop écraser les autres propositions architecturales», a dit le metteur en scène et directeur artistique d'Ex Machina, Robert Lepage. La commande était «complexe», a-t-il dit. «On a voulu un projet moderne, flamboyant, mais aussi en harmonie avec nos voisins comme le Capitole, le Palais Montcalm. Nous voulions un signal fort, mais respectueux du patrimoine culturel déjà existant.» Fait à noter, l'architecture intégrera la célèbre enseigne circulaire du défunt Cinéma de Paris. La salle de 600 places accueillera les pièces de Robert Lepage, mais aussi du cirque et de l'opéra.

Le «patrimoine de demain»

Le Diamant a été au coeur de plusieurs rebondissements politiques depuis l'achat de l'ancien YMCA par Ex Machina en novembre 2011. Le projet a survécu à trois gouvernements et deux campagnes électorales pendant lesquelles il a souvent été remis en question. Réaliser un projet scruté de si près, voire critiqué, représente-t-il une pression supplémentaire? «Nous, ce qu'on construit est le patrimoine de demain. Alors la pression est quand même forte» de toute façon, a dit l'architecte Marie-Chantal Croft. Mais travailler avec un créateur comme Robert Lepage est surtout «extrêmement stimulant», a-t-elle ajouté.

Le point sur le financement

Et quand verra-t-on ce Diamant lever de terre? «On espère ouvrir le plus tôt possible en 2018», a dit Robert Lepage. La première pelletée? Probablement pour l'automne 2016. Mais d'ici là, le financement de l'édifice de 54 millions $ continuera d'être suivi de près. Le gouvernement du Québec verse 30 millions $ et la Ville de Québec, 7 millions $. Mais pas de confirmation du fédéral encore. Robert Lepage voit toutefois d'un bon oeil l'arrivée de Justin Trudeau à la tête du pays. Il a dit noter le «vent de changement». «Ça tombe bien. C'est plus positif que ça ne l'a jamais été», a-t-il dit à propos d'une contribution fédérale qui pourrait tourner autour de 5 millions $. Reste aussi la campagne de financement privé de 10 millions $. On apprenait en septembre que 3,5 millions $ sont trouvés. «Le financement avance, nos directeurs de campagne vont frapper aux portes. On fera des annonces très claires, mais pour l'instant ça passe assez bien», a illustré M. Lepage à propos de la campagne présidée par Jacques Ménard de BMO groupe financier et Monique F. Leroux du Mouvement Desjardins.

«C'est écoeurant!» dit Labeaume

Fervent défenseur du Diamant depuis le début, le maire Régis Labeaume s'est montré emballé par le concept architectural. «C'est beau, c'est écoeurant», a-t-il lancé mercredi matin, avant le dévoilement en après-midi. Le maire avait vu les maquettes de ce bâtiment qui, a-t-il dit, est «encore plus beau» qu'il ne l'imaginait. «Il aura plus d'impact que les gens pensent dans le secteur», a-t-il dit. Dans la foulée de la construction du Diamant, la Ville de Québec prévoit réaménager le terminus d'autobus de place D'Youville.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer