Ferland, le Petit Roi à l'OSQ: l'enfant pas sage

Jean-Pierre Ferland refusera encore longtemps de dire adieu... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Jean-Pierre Ferland refusera encore longtemps de dire adieu aux planches, où il est on ne peut plus à l'aise.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Jean-Pierre Ferland mérite toujours son surnom de Petit Roi. Gamin, moqueur et visiblement enchanté d'être sur scène avec l'Orchestre symphonique de Québec (OSQ), le chanteur de 81 ans s'est fait plaisir, mardi soir, avec toute la candeur dont il est encore capable.

Le public était venu entendre un vieil ami. «Comme vous le savez sans doute, je suis à la retraite», a-t-il lancé en riant au milieu de la soirée, avant d'entonner Avant de m'assagir. Nul doute, Ferland refusera encore longtemps de dire adieu aux planches, où il est on ne peut plus à l'aise.

Presque trop. À trois reprises, il a fait recommencer l'orchestre. La première parce qu'il est parti sur la mauvaise note, la seconde parce qu'il avait envie de réentendre l'intro de Envoye à maison («J'ai toujours rêvé de leur faire jouer du tape-la-galette [...] C'est ma vengeance sur le classique») et la troisième au début de La musique, en duo avec Émilie-Claire Barlow. «C'est quoi ce gros trombone-là qu'on entend?» a-t-il lancé au musicien surpris. «Y'a moyen de réparer ça ou je te casse la gueule tout de suite?» a-t-il ajouté, provoquant les rires dans l'assistance.

Ses chansons, choisies dans son vaste répertoire, avaient une nouvelle ampleur grâce aux arrangements de Simon Leclerc. Envoye à maison et Je ne veux pas dormir ce soir, en finale, étaient particulièrement bien réussies. 

Avec sa voix, Ferland joue sans cesse avec les inflexions et les teintes, imprimant sa signature, jonglant avec les émotions. Les envolées sont toutefois plus ardues, comme dans Une chance qu'on s'a, et l'interprète finissait parfois ses chansons sur un grognement plutôt que sur une note. 

Il semblait en pleine forme, lançant des fleurs et une boutade à Éric Lapointe avant de chanter Qu'est-ce que ça peut ben faire?, laissant ses mains s'envoler pour suivre les fluctuations de l'orchestre et dansant avec sa choriste et conjointe Julie Anne Saumur. Il était un peu confus en fin de programme, mais tout aussi souriant.

Émilie-Claire Barlow

Émilie-Claire Barlow a ouvert le concert avec quatre chansons aux accents jazz. Volubile, la chanteuse à la voix de velours a remercié maintes fois l'OSQ, rappelant son passage l'an dernier sur la même scène et profitant de l'occasion pour parler de son nouvel album, Clear Day. Elle livré de jolies interprétations de Si j'étais un homme de Diane Tell et de Sunny Sunday de Joni Mitchell. Le chef David Martin a même troqué la baguette pour le trombone le temps d'un solo.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer