La prévisible fin de Scott Weiland

Les deux artistes des Wildabouts qu'on avait pu... (Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Les deux artistes des Wildabouts qu'on avait pu voir à Québec le 16 juillet 2014 sont désormais disparus: Scott Weiland et son guitariste Jeremy Brown

Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) BLOGUE / Le rideau vient de tomber sur Scott Weiland. Le chanteur qui s'est illustré avec Stone Temple Pilots et Velvet Revolver a été retrouvé mort, jeudi soir, dans son bus de tournée. Il avait 48 ans.

Bien que la nouvelle cause un choc, ceux qui ont suivi le chanteur au fil des ans seront malheureusement peu surpris. La cause exacte du décès n'est pas connue, mais on a de sérieux doutes... Son indéniable talent derrière le micro, qu'il s'agisse de son chant ou de sa présence magnétique, cachait une âme visiblement tourmentée, qui était sur la pente glissante depuis trop longtemps. Ses problèmes de consommation de drogues et d'alcool étaient bien connus, d'autant qu'ils ont eu un impact sur ses performances. À ce chapitre, bien des fans avaient été déçus du passage de STP au Festival d'été, en 2008, tellement il était mal en point.

On aurait pu espérer que, peu à peu, son aventure avec The Wildabouts le ramènerait sur le droit chemin. Si, en entrevue, il semblait cryptique (voir l'entrevue du collègue Ian Bussières ici), sur scène, il pouvait se tirer d'affaire avec, faut tout de même le souligner, la complicité d'un télésouffleur (la critique du passage des Wildabouts à Québec, ici). Et puis le groupe restait productif: un album était paru en mars.

Dans son entourage, on racontait que Weiland était suivi de près pour éviter les dérapages. On n'a pourtant pas réussi à éviter le pire. Il faut dire que ce n'était pas exactement rose chez les Wildabouts. Ils étaient confinés à de petits clubs, car une sorte de cercle vicieux carburant à la méfiance s'était installé à l'égard de Weiland: les diffuseurs étaient moins nombreux à lui faire confiance, idem pour les fans, qui craignaient de voir une contre-performance. Comme si ce n'était pas suffisant, le guitariste Jeremy Brown et proche de Weiland s'est aussi éteint prématurément, à l'âge de 34 ans, en mars dernier, à la veille de la sortie de Blaster...

Weiland n'est pas la première vedette du rock ou de la pop à s'envoler pour cause d'autodestruction. Reste qu'on n'est plus dans les années 70, où c'était le lot de maints artistes et où les ressources pour soigner ces dépendances étaient beaucoup moins nombreuses ou accessibles. Dans ce contexte, c'est encore plus triste de voir de grands talents comme Weiland, ou Amy Winehouse avant lui, s'envoler...

Réagissez sur le blogue de Nicolas Houle au houle.lesoleil.com

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer