L'OSQ et les Petits Chanteurs: un pur délice

La solide préparation des chanteurs de la Maîtrise... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

La solide préparation des chanteurs de la Maîtrise a largement contribué au succès de l'exécution.

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) CRITIQUE / Un rare privilège a été accordé au public rassemblé à la cathédrale Notre-Dame de Québec, vendredi soir. Entendre cette messe de Mozart chantée avec ferveur par un choeur de près d'une centaine de voix d'enfants accompagné par un grand orchestre dans une des plus belles églises de la ville fut un pur délice musical.

Ce concert de l'Orchestre symphonique de Québec faisait partie de la programmation du 100e anniversaire de la Maîtrise des Petits Chanteurs de Québec. La cathédrale était pleine à craquer et de nombreux spectateurs ont dû se résoudre à le suivre sur un écran de télévision.  

La Messe solennelle en do mineur, l'oeuvre principale au programme, a été rendue avec beaucoup de grandeur. La solide préparation des chanteurs de la Maîtrise a largement contribué au succès de l'exécution. L'engagement et la belle assurance de ces dizaines de jeunes enthousiastes et sérieux, cordés en rangs serrés, faisaient plaisir à voir. Ce fut vraiment touchant et impressionnant d'entendre sonner haut et fort les passages les plus périlleux du Gloria ou du Credo. La sonorité franche de ces petites voix tendres et à l'intonation pure, sans vibrato, avait en outre quelque chose d'absolument adorable.

Le chef Fabien Gabel a réussi avec une adresse certaine à tenir la bride à tout ce petit monde. L'OSQ a par ailleurs réalisé un accompagnement bien équilibré.

Le ténor Philippe Gagné et la basse Robert Huard, deux anciens Petits Chanteurs, formaient un magnifique duo de soliste : belle projection, beau fondu, bel ensemble et très agréable à écouter. On ne peut en dire autant des jeunes sopranos Marie-Claire Drolet et Roxanne Bédard, deux produits de l'institution également. On avait l'impression que ces deux voix manquent de maturité. La première n'était pas toujours juste et la seconde peinait à se faire entendre dans le registre grave. 

Avant la messe, on a pu apprécier la rafraîchissante musicalité du violoniste Darren Lowe dans le Concerto no 4 de Mozart. Le mouvement central, calme et fluide, empreint d'une grâce tout aérienne, a été particulièrement réussi. 

L'OSQ avait d'abord fait preuve d'une belle énergie et d'un élan tout à fait convaincant dans l'ouverture des Noces de Figaro. Considérant l'acoustique réverbérante, l'exécution s'est révélée d'une précision assez remarquable.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer