Forever Gentlemen: bon concept, mauvaise salle

Garou, Roch Voisine et Corneille ont monté un... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Garou, Roch Voisine et Corneille ont monté un grand cabaret, avec une bonne dose d'humour, un travail vocal soigné et un effet kitsch substantiel, mais contrôlé.

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) CRITIQUE/ En débarquant dans un Centre Vidéotron encore tout neuf, Garou, Corneille et Roch Voisine, qui jouent ces temps-ci les crooners sous la bannière «Forever Gentlemen», s'étaient donné pour mission de faire vivre à l'amphithéâtre et à son public un voyage dans le temps. Ils n'ont pas failli à la tâche, vendredi, en présidant une soirée sous le signe de la nostalgie, de la classe et de l'humour... Mais qui aurait certainement gagné à être présentée dans une salle mieux adaptée à leur proposition.

Le nouveau Colisée vit toujours sa période de rodage. On l'a senti vendredi lors de ce concert qui a attiré une foule plus âgée que la majorité des spectacles d'aréna. Des portes ouvertes un peu tardivement, de longues files pour passer la sécurité et un concert qui a au final commencé avec une vingtaine de minutes de retard. 

Au-delà de ces irritants, on peut se demander ce que la rencontre entre les Gentlemen et leur public aurait pu être dans un environnement plus chaleureux que la demeure des Remparts. 

À bien des égards, le trio de chanteurs a monté un grand cabaret avec ce spectacle-

concept, qui vient titiller la fibre nostalgique du public en revisitant la belle époque des crooners. Un big band efficace, un répertoire bien choisi et trois interprètes qui prennent visiblement plaisir à le mettre à leur main: une bonne dose d'humour, un travail vocal soigné et un effet kitsch substantiel, mais contrôlé. En prime, un invité-surprise en la personne de Robert Charlebois, qui a fait de lui-même un Elvis francophone et prouvant du même coup à quel point les harmonies vocales de Corneille, Garou et Roch Voisine peuvent être justes. 

Les trois Gentlemen qui, avouons-le, portent plutôt bien leur nom, avaient donc tout en main pour que la fête soit réussie. Sauf qu'ils ont dû travailler fort pour réchauffer cette grande salle, où le public semblait bien loin et un peu timide. À l'invitation de Garou et de Corneille, qui sont descendus dans la foule pendant que Roch Voisine se chargeait du micro, certains ont bien esquissé quelques pas de danse en première partie. Mais il aura fallu attendre la toute fin pour que l'ambiance s'enflamme un peu. 

On ne peut pas dire qu'on a passé une mauvaise soirée, vendredi, au Centre Vidéotron. Mais l'échange aurait été plus fructueux et les émotions mieux partagées dans une salle qui permet davantage de proximité. Une supplémentaire a été annoncée pour le 23 mars au Grand Théâtre. Gageons que le charme des Gentlemen s'y déploiera avec plus de facilité.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer