Le conte de fées folk de Rhiannon Giddens

Passionnée de musique et d'histoire, Rhiannon Giddens se... (Courtoisie)

Agrandir

Passionnée de musique et d'histoire, Rhiannon Giddens se réjouit de jouer pour la première fois au Québec, s'étant familiarisée au folklore de l'Amérique francophone, notamment grâce à la scène musicale de la Louisiane.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Dans certains contes de fées, l'héroïne peut compter sur l'intervention d'une fée-marraine. Celui vécu par Rhiannon Giddens depuis deux ans a plutôt été propulsé par les actions d'un «parrain» musicien. Pour ce qui est de la magie, la chanteuse qui offrira dimanche son premier concert à Québec s'en est chargée elle-même, mettant sa voix fluide au service d'un hommage aux femmes qui ont marqué l'histoire de la musique américaine.

Rhiannon Giddens faisait déjà carrière en musique depuis un moment auprès du groupe folk traditionnel Carolina Chocolate Drops - récompensé au gala des Grammy - lorsqu'elle entame sans le savoir un virage professionnel. À l'invitation du producteur T-Bone Burnett - qui a notamment collaboré avec Roy Orbison, John Mellencamp, Diana Krall, Tony Bennett et k.d lang -, elle participe en septembre 2013 à un concert-bénéfice inspiré par le film Être Llewyn Davis des frères Coen. Giddens partage les planches avec Joan Baez, Jack White, Elvis Costello et Marcus Mumford, entre autres. Et elle vole la vedette. Si bien que, quelques jours plus tard, Burnett lui offre de faire un disque solo... Paru en début d'année, Tomorrow Is My Turn l'a consacrée comme l'une des voix les plus prometteuses de la scène folk américaine. 

«C'est vrai que ç'a l'air d'un conte de fées, mais c'est vraiment arrivé comme ça», raconte au bout du fil la multi-instrumentiste. «Ça n'a pas pris une semaine avant que T-Bone me recontacte et me dise qu'on devait faire un album immédiatement. Je me préparais à travailler sur un autre album de Carolina Chocolate Drops, je venais de rassembler des musiciens... Mais vous savez, quand T-Bone Burnett vous dit de faire un album solo maintenant, mieux vaut l'écouter!» ajoute la chanteuse, qui utilise l'expression «fairy godfather» pour décrire le réalisateur... Mais qui revendique aussi sa part du crédit dans le succès de son parcours en solo.

«Il m'a ouvert des portes, mais c'est moi qui les ai traversées en proposant ce projet, tranche-t-elle. C'est lui qui a créé cette opportunité, qui m'a permis de faire ce pas en avant. Je pense qu'il a vu que j'étais prête à faire quelque chose de plus gros que ce que je faisais déjà. Il a voulu faire partie de ça. C'est le genre d'événement que je pourrai plus tard cibler comme une croisée des chemins. Je le fais déjà, en fait. Ma vie a changé à partie de ce moment.»

Tradition et féminisme

Rhiannon Giddens puisait déjà dans la tradition musicale américaine avec son groupe Carolina Chocolate Drops. En solo, la chanteuse ajoute une dimension féministe à son parcours musical. Sur Tomorrow Is My Turn, elle rend hommage à plusieurs grandes dames de la chanson, reprenant des airs chantés par Odetta, Nina Simone, Dolly Parton ou Patsy Cline. Un minialbum réunissant des titres qui ont dû être exclus de l'album arrivera d'ailleurs dans les bacs le 27 novembre. 

«J'avais cette idée d'axer l'album sur la place des femmes dans la musique americana, explique Rhiannon Giddens. J'ai eu envie de rendre hommage à celles qui sont passées avant moi et qui ont brisé les barrières. À ce moment, je ne me considérais pas vraiment comme une auteure-compositrice, mais plus comme une interprète. J'écris davantage maintenant, mais il faut que j'aie vraiment une raison de le faire, un message à passer.»

Passionnée de musique et d'histoire, Rhiannon Giddens se réjouit de venir jouer pour la première fois au Québec. Elle raconte s'être familiarisée à quelques aspects du folklore de l'Amérique francophone, notamment grâce à la scène musicale de la Louisiane. «J'apprends, note la musicienne. J'en savais déjà un peu sur la musique et là, j'en apprends sur l'histoire. C'est ma technique. Je suis d'abord accrochée par la musique, puis je m'intéresse ensuite à ce qu'il y a derrière. Je connais quelques airs de violon dans ce style...»

Celle qui est aussi familière avec le répertoire d'Édith Piaf - une recherche sur YouTube vous fera entendre sa version épurée de La vie en rose - pourrait aussi faire bon usage de ses cours de diction française, dimanche, devant son nouveau public de Québec. «On verra, je la ferai peut-être... Si je peux assembler assez de courage pour chanter en français devant des francophones!» rigole l'Américaine. 

=> Vous voulez y aller?

  • Qui : Rhiannon Giddens (Birds of Chicago en première partie)
  • Quand : dimanche à 20h
  • Où : Théâtre Petit Champlain
  • Billets : 45 $
  • Tél. : 418 692-2631

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer