La force du flamenco

Myriam Allard est tombée amoureuse du flamenco dès... (Sarah Scott)

Agrandir

Myriam Allard est tombée amoureuse du flamenco dès l'âge de 19 ans.

Sarah Scott

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La rencontre entre Myriam Allard et le flamenco pourrait se comparer à un coup de foudre amoureux. Soudain, fort et foudroyant.

C'est en regardant le film La belle histoire de Claude Lelouch, dont la trame sonore laisse place au flamenco, que Myriam Allard tombe amoureuse. «J'ai d'abord accroché sur la forme musicale et après, j'ai découvert qu'il y avait une danse qui y était reliée», raconte-t-elle. Elle s'inscrit à un cours de danse flamenco à Québec par pure curiosité. Assoiffée d'en apprendre davantage, elle part un an en Espagne, à 19 ans. De retour à Québec, elle s'inscrit à l'université, «un test», dit-elle. Mais sa passion pour la danse l'emporte. «C'est une musique qui parle profondément de l'être humain, souligne-t-elle. Les gens aiment ou pas parce que c'est très fort. C'est assez noir ou blanc. Cette force-là du flamenco m'a beaucoup attirée.» Cette puissance, on la voit aussi dans la danse par la percussion des pieds qui frappent le sol. 

Myriam Allard plie donc bagage de nouveau en direction de l'Espagne. Elle y reste six ans, principalement en Andalousie, terre fertile du flamenco, perfectionnant son art et travaillant auprès de différentes compagnies. Elle s'imprègne entièrement de la culture. «La façon de parler des Espagnols, leur façon de gesticuler, on retrouve ça dans la danse, fait-elle remarquer. Ils parlent fort, ce sont des gens qui s'expriment, qui aiment rire, qui pleurent aussi beaucoup pour un rien. Ce sont des gens très émotifs. Le fait de vivre avec eux au quotidien, ça m'a influencée énormément et ça m'a aidée à comprendre ce qu'est le flamenco.»

Vivre sa passion

Plusieurs années plus tard, le feu brûle toujours entre Myriam Allard et le flamenco. Elle a fondé son école de danse en 2008 à Montréal et revient souvent dans sa ville natale pour offrir des stages. Sa compagnie La Otra Orilla (qui signifie «l'autre rive») ouvre de plus en plus ses frontières. Les danseurs se sont rendus fin août en Écosse et ont participé au prestigieux Jacob's Pillow Festival au Massachusetts.

Le 29 octobre, ils poseront leurs souliers de danse au Théâtre Petit Champlain pour Unplugged, un spectacle de format tablao (c'est-à-dire cabaret) qu'on présente comme une conversation entre le chant, la danse et la guitare. Sur scène : les danseuses Myriam Allard et Aurélie Brunelle, le chanteur Hedi Graja, la guitariste Caroline Planté et le percussionniste Miguel Medina. 

La Otra Orilla fêtera ses 10 ans en janvier et Myriam Allard compte bien poursuivre sa relation avec le flamenco encore longtemps. Elle espère une expansion encore plus grande à l'international. Déjà, Toronto, New York et Atlanta font partie de son calendrier de spectacles. Et qui sait, peut-être bientôt l'Espagne?

Vous voulez y aller?

Quoi : Unplugged

Qui : La Otra Orilla

Quand : le 29 octobre à 20h

Où : Théâtre Petit Champlain

Billets : 32,85 $

Info : 418 692-2631

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer