Mario Tessier sort du rang

Après deux décennies dans un duo, «je me... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Après deux décennies dans un duo, «je me suis demandé c'était quoi ma personnalité à moi sur scène. La minute où j'ai commencé à être le plus à l'aise, c'est quand j'ai arrêté de chercher et que j'ai décidé de juste être moi à 100 %», se rappelle Mario Tessier.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Il a été chauffeur de tank, fantassin, instructeur de combat sans armes et parachutiste avant d'être la moitié du duo comique Les Grandes Gueules. Pas étonnant que Mario Tessier ait choisi de faire de sa vie le sujet principal de son premierone-man-show Seul comme un grand.

Le terme one-man-show ne pourrait être plus significatif. Après avoir oeuvré aux côtés de José Gaudet pendant 20 ans au sein des Grandes Gueules, Mario Tessier s'amène sur scène en solo. Le déclic pour Seul comme un grand se produit il y a cinq ans environ, alors qu'il assiste au spectacle de Billy Crystal à New York. «C'est le meilleur show que j'ai vu dans ma vie, assure Mario Tessier. Ça a été l'embryon de ce que je voulais faire. J'ai ri, mais j'ai aussi pleuré ma vie. Je me suis dit que c'est le genre de show que je voudrais.»

Lorsqu'il décide de se lancer, quelques années plus tard, il passe un coup de fil au metteur en scène et acteur Serge Postigo, devenu depuis son «âme soeur de travail». Après deux décennies dans un duo, «je me suis demandé c'était quoi ma personnalité à moi sur scène. La minute où j'ai commencé à être le plus à l'aise, c'est quand j'ai arrêté de chercher et que j'ai décidé de juste être moi à 100 %», se rappelle-t-il. Postigo et lui travaillent les textes et les déplacements scéniques pour faire du spectacle «un road trip», décrit Tessier. Des projections et de la musique guident les spectateurs à travers les différentes époques de ce voyage qui se veut drôle et touchant.

Vie pas banale

La route sur laquelle nous emmène l'humoriste de 44 ans est celle de sa vie. Une vie qui est tout sauf banale. De sa naissance en pleine «tempête du siècle», où «mon père faisait des allers-retours en ski-doo pour que le monde vienne me voir à l'hôpital», au début des Grandes Gueules, à son «amour maladif» du karaoké, en passant par son séjour dans l'armée, sa trajectoire est inhabituelle.

Mario Tessier dans l'armée? Difficile d'imaginer ce fantaisiste «rentrer dans le rang». C'est pourtant ce qu'il a fait pendant trois ans. «Je me cherchais, dit-il. J'allais au cégep et j'allais juste à mes cours de gym, je faisais de l'impro et je jouais aux cartes. Je perdais un peu mon temps. J'étais en sciences humaines pas de maths. J'étais en rien finalement. J'étais en transition.» Dans l'armée, il fait partie du 2e Bataillon et s'entraîne à la Citadelle à Québec avant d'être transféré en Ontario pour être parachutiste au 1er commando. De ces années, il retient surtout la discipline. Et de bons sujets pour alimenter son spectacle!

Son père, le fou

Dans Seul comme un grand, Mario Tessier incarne parfois des personnages (des nouveaux et quelques-uns des Grandes Gueules), mais sans se costumer. Son personnage vedette? Son père, décédé aujourd'hui. «Mon père, c'est un fou, un beau fou, qui se levait le matin avec des idées de grandeur à une époque où tout était possible», raconte Tessier. Quelques exemples : il a eu l'une des premières discothèques à Montréal, a acheté un terrain de camping au complet à sa femme, a été encanteur, garagiste... «J'ai hérité de son côté fonceur, croit l'humoriste. Mais je n'ai pas le millième de sa fougue. J'aurais aimé en avoir autant.»

La fougue? Ce n'est pourtant pas ce qui a l'air de manquer à Mario Tessier. En plus de présenter Seul comme un grand partout au Québec, il anime l'émission Ma mère cuisine mieux que la tienne à V et participe à la version animée des Grandes Gueules à TÉLÉTOON. Et on devrait le réentendre à la radio d'ici quelques années puisqu'il a déjà reçu des offres, qu'il a déclinées. «Je vais refaire de la radio, c'est sûr, mais ce sera différemment», glisse-t-il. Ce sera probablement là aussi Seul comme un grand.

Vous voulez y aller?

Quoi : Seul comme un grand

Qui : Mario Tessier

Quand : du 28 au 31 octobre et les 9 et 10 décembre, 20h

Où : salle Albert-Rousseau

Billets : de 38 $ à 57,95 $

Tél. : 418 659-6710

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer