Florent Vollant: suivez le guide!

Florent Vollant... (Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Florent Vollant

Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) CRITIQUE / Dans la description de paysages nordiques et les sonorités de la langue innue, au pays des songes ou par des retours en arrière colorés... En chansons et en récits, Florent Vollant a entraîné mardi soir le public du Grand Théâtre dans tout un périple.

À la sortie de l'album Puamuna (qui signifie «rêve» en innu), au printemps dernier, l'auteur-compositeur-interprète se décrivait encore en entrevue comme un «apprenti nomade». Marchant entre le folk soigné et le country qui fait taper du pied, il n'a pas moins agi comme un guide expert en transposant ses nouvelles chansons sur les planches.

Le voyage s'est déployé en territoire culturel, géographique et temporel. Le ton à la confidence, Florent Vollant nous a amenés chez les Innus «où ce sont les femmes qui mènent» (il a notamment salué les mères de clans avec la pièce Nikaui), sur la terre des Attikameks (Manuanik) ou quelque part dans le nord avec le compagnon de route Richard Séguin, qui a écrit pour lui la chanson Tout est lié et avec qui il devait ramper sur les glaces pour éviter qu'elles ne se rompent. «C'était sexy!» a-t-il lancé sous les rires du public. «Mais c'était pour notre survie», a-t-il ajouté.

Le sympathique chanteur nous a partagé ses souvenirs de jeunesse : des guitares imaginaires improvisées sur des bouts de bois, des bâtons de hockey plantés dans le sol faisant office de pieds de micros. Il a du coup offert de très belles relectures des Bea-tles (Don't Let Me Down) et de Jim et Bertrand (J'savais pas à quoi m'attendre). Il n'a pas non plus manqué de faire un clin d'oeil à Kashtin, le duo qu'il formait avec Claude McKenzie et qui l'a fait connaître au tournant des années 90.

Entre amis

Et comme les voyages, ça se partage entre amis, Florent Vollant a beaucoup parlé des siens. De ceux qui l'accompagnent sur scène (Réjean Bouchard, Kim Fontaine, Louis-Philippe Boivin et André Lachance), créant avec lui un environnement folk à la fois précis et chaleureux. De ceux à qui il rend hommage dans le choix de son répertoire : Kevin Nuna, à qui il consacre une chanson sur son dernier album, Willy Mitchell et Willie Dunn, à qui Florent Vollant attribue la responsabilité du fait qu'il fait aujourd'hui carrière sur scène.

La cerise sur le gâteau, c'est Pascale Picard qui l'a livrée en personne en mariant sa voix à celle de Florent Vollant le temps de la pièce Apu peikussian, une adaptation en innu de sa chanson Haunted States. Une visite à la bonne franquette et éminemment charmante.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer