Les Zapartistes mordent dans la campagne électorale

À 48 heures des élections, Vincent Bolduc, Jean-François... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

À 48 heures des élections, Vincent Bolduc, Jean-François Nadeau et Christian Vanasse, alias Les Zapartistes, se moqueront joyeusement des chefs politiques à L'Anglicane de Lévis.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les Zapartistes ont renoncé à leur traditionnelle revue de fin d'année pour se concentrer sur un spectacle thématique, Les Zapartistes en ont plein l'cul, qui roule présentement un peu partout au Québec et qui sera de passage à L'Anglicane de Lévis samedi. À 48 heures des élections fédérales, ils en profiteront pour injecter une bonne dose de satire électorale à leur menu déjà très politisé.

«C'est encore inspiré de l'actualité, mais avec des sujets qui ont plus de pérennité. On veut rouler pendant trois ans comme de vrais humoristes au lieu de créer un spectacle qu'on ne peut faire que 10 fois», explique Vincent Bolduc. Avant que Jean-François Nadeau et lui ne se joignent au collectif d'humour qui roule sa bosse depuis 2001, Les Zapartistes donnaient d'ailleurs dans le spectacle tout court, pas seulement dans la revue d'année.

Ils viendront rire de tout ce qu'ils ne peuvent plus souffrir, en invitant le public à livrer lui aussi ses sujets d'écoeurite aiguë sur des papiers, dont certains seront lus au retour de l'entracte. 

«La plus longue campagne électorale de l'histoire moderne» s'est bien sûr infiltrée dans le spectacle. Ils s'amuseront à personnifier les chefs de parti (lire l'encadré) ainsi que différents types d'électeurs. «Les réseaux sociaux et notre entourage sont de bonnes sources d'inspiration, mais on rit aussi beaucoup de nous-mêmes à travers ça. On se caricaturise entre nous», explique Bolduc. 

La bastonnade des Zapartistes est on ne peut plus démocratique : «Tout le monde passe au batte, même s'il y en a certains sur qui on tape plus fort», illustre-t-il. À ceux qui les accusent de ne prêcher que devant des (gauchistes) convertis, il donne l'exemple de leur spectacle de Brossard, la semaine dernière, où les partisans conservateurs et libéraux étaient minoritaires, mais bel et bien représentés. «On fait applaudir les gens les yeux fermés pour qu'ils nous disent pour qui ils vont voter au début du spectacle. Ça faisait un beau public, tout le monde riait de son voisin et de lui-même.»

Les amis conservateurs

À Lévis, en pleine circonscription conservatrice, ils ne se gêneront pas pour taper sur les troupes de Stephen Harper. «On risque même d'en rajouter», glisse Bolduc. Pas question toutefois de personnifier le député sortant, Steven Blaney. «On va faire des cauchemars, il va nous posséder, et on ne souhaite ça à personne», rigole l'humoriste. 

L'ex-maire Jean Tremblay, le publiciste des climatosceptiques et le Capitaine Quo («une espèce de superhéros appelé Statu quo qui nous fait du slam sur notre éternel état de Jell-O») feront partie des personnages invités. Les Zapartistes ont aussi imaginé une réunion de sous-sol du Mouvement tradition Québec.

Le but? Rire tout en posant un regard critique, sans sombrer dans le cynisme. «On veut s'éloigner le plus possible de ce détachement de la politique. Au contraire, on se rencontre pour en parler. C'est très impliqué, c'est très engagé. On pointe des sujets pour ne pas les laisser passer.»

Le spectacle sera présenté à 20h ce samedi à L'Anglicane. Billets : 38 $ (28 $ pour les étudiants); info : 418 838-6000 et langlicane.com/programmation

Si Les Zapartistes était un parti politique...

Si les membres des Zapartistes changent avec les années, le nom, la mission et l'esprit du groupe, eux, demeurent. Nous nous sommes amusés à faire leur fiche de parti avec la complicité de Vincent Bolduc.

Slogan : «Parce que rire est une si jolie façon de montrer les dents»

Ligne de parti : «Chacun de nous peut ne pas être d'accord avec 10 % du contenu du spectacle.»

Membres actifs : Vincent Bolduc, Christian Vanasse, Jean-François Nadeau

Belle-mère : François Patenaude

Travailleuse de l'ombre : Nadine Vincent

Le jour du vote : «Personne ne vote pareil au sein des Zapartistes. Il y a de tout en fonction des comtés et des enjeux. Il y a même du monde qui change d'idée de jour en jour.»

Programme : Une pause d'écriture, la poursuite de la tournée au printemps, le passage à d'autres plateformes.

Portraits évolutifs des chefs de parti

Thomas Mulcair, personnifié par Vincent Bolduc

«Il est terriblement ratoureux, il sait parfaitement qu'il a coincé certains électeurs qui n'auront pas le choix de voter pour un parti fédéraliste et centralisateur. Il se voit comme un gros matou qui a coincé de petites souris dans un coin. Il était très habile au début, mais plus ça va, et plus on le fait contradictoire et malhabile.»

Stephen Harper, personnifié par Jean-François Nadeau

«Il commence à avoir un ton plus amer. Il a aussi commencé, peu importe ce dont il parle, à glisser le mot niqab entre chaque respiration. Il respire en disant niqab

Justin Trudeau, personnifié par Jean-François Nadeau

«Justin [à prononcer à l'anglaise dans l'univers des Zapartistes] est toujours aussi suave et incompréhensible dans son discours. Suivre une phrase de Justin, c'est pratiquement impossible. Je ne suis pas sûr que Jean-François comprend ce qu'il dit lui-même.»

Les propos sont ceux de Vincent Bolbuc.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer